Tribune libre du collectif Touch Pa Nout Roche :

Lettre ouverte à Monsieur le préfet : NON massif pour la carrière de Bois Blanc


Publié / Actualisé
Depuis trois ans, un collectif de riverains et des simples citoyens attachés à notre île s'est constitué sous l'appellation Touch Pa Nout Roche avec comme unique objectif de protéger la population et l'environnement en s'opposant au projet destructeur de carrière de roches massives dite de La Ravine du Trou à Saint-Leu. Aujourd'hui, ce collectif réunit plus de cinq mille militants et sympathisants mobilisés et actifs contre ce projet dévastateur pour l'environnement et l'identité réunionnaise.
Depuis trois ans, un collectif de riverains et des simples citoyens attachés à notre île s'est constitué sous l'appellation Touch Pa Nout Roche avec comme unique objectif de protéger la population et l'environnement en s'opposant au projet destructeur de carrière de roches massives dite de La Ravine du Trou à Saint-Leu. Aujourd'hui, ce collectif réunit plus de cinq mille militants et sympathisants mobilisés et actifs contre ce projet dévastateur pour l'environnement et l'identité réunionnaise.

La cour d'appel de Bordeaux vient de rendre son verdict en annulant la révision du schéma départemental des carrières à La Réunion de 2014. A contratio du jugement en première instance du tribunal administratif de La Réunion, les juges de la cour d'appel de Bordeaux ont jugé sur le fond en précisant que c'était à tort que le tribunal de saint-denis avait estimé que l'évaluation environnementale, prévue par l'article R.122-20 du code de l'environnement n'était pas obligatoire, alors que les incidences IMPORTANTES n'avaient pas été évalués.

La haute juridiction administrative de Bordeaux n'est pas la seule à savoir sévi contre ce projet de carrière à  la Ravine du trou. Le 17 décembre 2017, le Conseil d'état avait aussi condamné la procédure administrative organisée par vos soins en jugeant que le représentant de l'État ne pouvait se substituer à l'autorité environnementale qui doit garantir toute dépendance dans la prise de décision. Plus récemment, la MRAE a émis plusieurs recommandations importantes et des modifications à apporter pour garantir à la fois la santé humaine et l'environnement.

A cela s'ajoute les manifestations massives de la population réunionnaise sur le site de Bois Blanc et lors des différentes enquêtes publiques pour dénoncer ce projet dévastateur et s'opposer fermement à sa réalisation. Autant de raisons objectives, Monsieur le préfet, pour que le projet de carrière de Bois blanc ne voit jamais le jour.

Aujourd'hui vous avez décidé de faire fi de la volonté des réunionnais mais surtout des décisions des tribunaux, en les interprétant à votre guise pour organiser une énième enquête publique dans le seul but d'autoriser l'ouverture de cette carrière impopulaire dès le début 2019, promesse faite ce lundi aux transporteurs reçus par la région. Est-ce à dire que vous connaissez déja l'Avis des enquêteurs et que l'avis de la population ne vous intéresse pas et ne sera jamais pris en compte ? Cette nouvelle enquête publique est une simpe mascarade !

Sachez, Monsieur le préfet, que depuis l'annonce de cette décision une vive émotion de non respect des lois et des décisions de justice s'est emparée des réunionnais nombreux sont les associations, les artistes, les sportifs, le représentants des quartiers et les collectifs de défense des droits des réunionnais à nous rejoindre pour défendre une cause juste dans le respect des lois qui nous semblent aujourd'hui bafouées par les autorités et les responsables de la région.

L'évaluation des paillotes de la côte Ouest par les citoyens illustre bien la détermination de la population à faire respecter les lois et les décisions de justice. Ce fait divers qui a failli être dramatique semble n'avoir pas été compris par vous même, vos services et le collectivité régionale qui' n'ont qu'un objectif, défendre les intérêts des multinationales.

Nous vous rappelons, Monsieur le préfet, qu'en votre qualité de représentant de l'État, vous êtes le garant de l'application stricte des lois et des décisions de justice. Deux juridictions suprêmes de la république ont rendu un jugement au nom du peuple et de la république sur l'irrecevabilité du projet de carrière à ciel ouvert de la Ravine du trou.

Quelles que soient les raisons évoquées, il serait insupportable pour les réunionnais qu'une fois de plus, les décisions de justice ne soient pas respectées que 30 000 personnes directement impactées par cette carrière soient clarifiés pour l'autel du profit des multinationales.

Le collectif Touch Pa Nout roche

   

1 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Ils ne sont pas prêt d'ouvrir leur carrière en espérant que se soit la fin de notre local globe-trotter !!!