Tribune libre de Michel Dennemont :

Abandonnez le projet de carrière de Bois Blanc


Publié / Actualisé
Monsieur le Premier ministre, j'ai l'honneur de vous solliciter concernant un projet réunionnais qui m'inquiète au plus haut point : celui de la carrière de Bois Blanc. La Région Réunion s'est engagée dans la construction de la nouvelle route du littoral, dont nous soutenons la finalité. Mais les travaux se sont rapidement heurtés à un problème d'approvisionnement de matériaux.
Monsieur le Premier ministre, j'ai l'honneur de vous solliciter concernant un projet réunionnais qui m'inquiète au plus haut point : celui de la carrière de Bois Blanc. La Région Réunion s'est engagée dans la construction de la nouvelle route du littoral, dont nous soutenons la finalité. Mais les travaux se sont rapidement heurtés à un problème d'approvisionnement de matériaux.

Devant ce manque de prévision, la Région souhaite créer une carrière à la Ravine du Trou, projet dit carrière de Bois Blanc. Or, ce choix pose de sérieux problèmes économiques, écologiques, sanitaires et sociaux, comme, et pour ne citer qu’eux :

- de graves problèmes à venir d’érosion et d’inondation ;
- la mise en danger d’une nappe phréatique majeure ;
- le gâchis de terres agricoles de grande qualité sur une île au foncier rare ;
- un impact négatif sur notre réserve marine ;
- des tirs de mines quotidiens à quelques centaines de mètres des habitations et des établissements scolaires ;
- la mise en danger sanitaire de la population.

La population ne s’y est d’ailleurs pas trompée : elle a organisé deux manifestations ayant réuni chaque fois plus de 5 000 personnes, chiffre remarquable pour notre île.
Plus grave : on tente de faire passer ce projet sur des bases juridiques plus qu’incertaines.

Ainsi :
- deux enquêtes publiques ont rendu un avis défavorable, et une troisième commence ce lundi 25 juin ;
- un arrêt du Conseil d’État de décembre 2017 a rendu irrégulière la procédure préfectorale en vue de valider cette carrière ;
- l’Autorité pour l’environnement, que les élus auraient dû suivre en cas de fort risque de contentieux, a rendu un nouvel avis, très cinglant une fois de plus, en avril 2018 ;
- la Cour d’appel de Bordeaux a annulé la mise à jour du schéma départemental des carrières qui inscrit ce lieu comme possible carrière, rendant caduque sa qualification, par le préfet, de projet d’intérêt général.

Malgré ces éléments, et alors que dans ce climat électrique une troisième enquête publique est ouverte par le préfet, un élu de la Région annonce déjà que la préfecture envisage un nouvel arrêté préfectoral pour novembre, confortant ainsi le sentiment de la population qu’à La Réunion les décisions de justice ne sont pas respectées.

J’avais déjà alerté le Gouvernement en avril dernier. Je renouvelle donc avec insistance et gravité cette alerte : ce projet doit être définitivement clos.

L’approvisionnement en matériaux peut se passer de cette carrière, puisque d’autres lieux ont été expertisés et reconnus comme pouvant apporter les matériaux nécessaires. Et surtout, d’autres techniques permettent de terminer cette route sans détruire La Réunion. Pour preuve, près de 6 km sont déjà construits en viaduc et sont bien visibles de tous ! Les raisons d’ouvrir cette carrière ne relèvent donc en rien de l’intérêt général.

Aussi, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir faire examiner la situation du projet de carrière de Bois Blanc par vos services, qui ne manqueront pas de conclure, j’en suis sûr, à la nécessité d’abandonner ce projet.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Premier ministre, l’assurance de ma considération la plus distinguée.

Michel Dennemont, sénateur

   

1 Commentaire(s)

Pierre, Posté
Je suis d'accord avec vous Mr Le Sénateur. Cependant, renvoyer la patate chaude à d'autres : "puisque d’autres lieux ont été expertisés et reconnus comme pouvant apporter les matériaux nécessaires" n'est pas généreux de votre part. Pensez-vous que ce qui n'est pas bon pour le site de St Leu et ses habitants, le soit pour les autres, ailleurs sur l'île ?
Le NIMBY de TPNR est désagréable voir puant