Tribune libre de Bruno Bourgeon :

Le Pacte Finance-Climat est présent à La Réunion


Publié / Actualisé
Suite à la venue de Pierre Larrouturou début mars dans notre île, le Pacte Finance-Climat a trouvé écho à La Réunion. Car nous ne pouvons pas rester sans rien dire. Nous ne pouvons pas rester sans agir. Révoltons-nous contre le sort qui nous est promis. Nous, Citoyens d'Europe et du monde, dans une même communauté de destins, n'acceptons pas que l'humanité se dirige vers le chaos climatique.(photo d'illustration)
Suite à la venue de Pierre Larrouturou début mars dans notre île, le Pacte Finance-Climat a trouvé écho à La Réunion. Car nous ne pouvons pas rester sans rien dire. Nous ne pouvons pas rester sans agir. Révoltons-nous contre le sort qui nous est promis. Nous, Citoyens d'Europe et du monde, dans une même communauté de destins, n'acceptons pas que l'humanité se dirige vers le chaos climatique.(photo d'illustration)

Le Pacte Finance-Climat vise à provoquer un sursaut collectif dans la lutte contre le dérèglement climatique : nous voulons tout faire pour que, avant 2020, l’Europe ait ratifié un Traité qui mette la finance au service de la lutte contre le changement climatique, en Europe et dans les pays du Sud. Nous n’avons plus que 3 ans pour agir. Voilà pourquoi, dans la diversité de nos parcours et de nos générations, nous nous rassemblons pour agir au sein du Pacte Finance-Climat. Nous voulons agir ensemble pour que 2018 soit l’année d’un sursaut collectif et que, en 2019, soit adopté le projet de Pacte rendu public le 7 décembre 2017 : adoption en 2019 pour application dès le début 2020.

Notre collectif réunit des femmes et hommes politiques, des chefs d’entreprise, des intellectuels et universitaires engagés, des responsables associatifs, des salariés, des chômeurs, des agriculteurs, des citoyennes et citoyens convaincus que l’Union Européenne
doit, dès aujourd’hui, apporter une réponse claire et ambitieuse au dérèglement climatique. Nous pensons qu’il est fondamental de tirer la sonnette d’alarme et d’engager une véritable mobilisation de l’opinion publique sur le sujet. Depuis avril 2015, la Banque Centrale Européenne a créé plus de 2.500 milliards d’euros et l’épargne n’a jamais été aussi abondante. Dans ces circonstances, comment croire que l’Europe n’a pas les moyens de lutter contre le dérèglement climatique ?

L’Europe est née avec l’Union Charbon-Acier, et doit renaître avec un Traité Climat. En 1950-51, alors que la France et l’Allemagne sortaient de plusieurs décennies de guerre, il a suffi de quelques mois pour mettre en oeuvre le premier Traité européen. De même, si nous sommes assez nombreux à le vouloir, nous pouvons obtenir de mettre la puissance économique et financière de notre continent au service de la sauvegarde de la vie sur Terre.

De grands économistes sont avec nous : outre Pierre Larrouturou l’initiateur, on compte Gaël Giraud, Tim Jackson, Jean Gadrey, Thomas Coutrot, Philippe Frémeaux, Jeffrey Sachs, Michel Aglietta, et tant d’autres.

De nombreuses villes se sont engagées à nos côtés. A La Réunion, il est temps de s’y mettre. Le collectif est déjà représenté localement. Nous allons joindre les élus et les municipalités pour qu’ils signent la pétition d’engagement.

Le 31 octobre 2017, l’ONU nous alertait solennellement sur l’écart "catastrophique " qui existe entre les engagements des Etats et les réductions des émissions de gaz à effet de serre qu’il faudrait opérer pour maintenir le réchauffement en-dessous de 2°C. Puisque la BCE a décidé de prolonger sa politique d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing), il nous semble urgent de " flécher " la création monétaire pour qu’elle aille vers l’économie réelle et finance, dans tous les Etats membres, les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables.

Nous, signataires de cet Appel, demandons solennellement aux chefs d’Etat et de Gouvernement européens de négocier un Pacte Finance-Climat, qui assurerait pendant 30 ans des financements à la hauteur des enjeux pour la transition énergétique et pour muscler
très fortement notre partenariat avec les pays du Sud. Nous souhaitons que la création monétaire de la BCE soit mise au service de la lutte contre le dérèglement climatique et contre le chômage, et nous voulons qu’un impôt européen sur les bénéfices (de l’ordre de 5 %) permette de dégager un vrai budget pour investir dans la recherche et lutter contre le réchauffement climatique, en Europe, en Afrique comme dans tout le pourtour méditerranéen.

Convaincus que nous ne parviendrons pas à reprendre en main notre destin si chaque nation reste isolée, nous demandons aux Chefs d’Etat et de gouvernement, et à tous politiciens de tout niveau, de mettre en œuvre au plus vite une politique qui dépasse les clivages traditionnels, mette la finance au service du climat et de la justice sociale, et nous permette de regarder sans rougir l’héritage que nous laisserons à nos enfants. Contactez-nous et venez nous rejoindre sur notre page FaceBook : Pacte Finance Climat 974.

   

1 Commentaire(s)

Martine, Posté
Quand les pompiers pyromanes sont appelés au secours...Que monsieur Bourgeon se rassure les destructeurs de l'environnement, multinationales et finance spéculative sont déjà au chevet de la planète depuis un moment pour leur plus grand profit....quelle schizophrénie !