Tribune libre de Firose Gador, groupe PCF au Conseil municipal du Port :

Au Port, il existe trois groupes d'opposition et pas deux


Publié / Actualisé
Fin septembre dernier, le maire du Port annonçait fièrement la sortie de son nouvel outil de communication ou plutôt son journal de pré-campagne en vue des municipales de 2020. C'est ce que souligne la presse écrite. Ainsi on peut s'interroger sur les véritables motivations de la municipalité en sortant ce journal après plus de 4 ans d'exercice et moins de 2 ans avant la prochaine échéance électorale. De plus, on constate un traitement du droit à l'expression des élus de l'opposition qui pose question.
Fin septembre dernier, le maire du Port annonçait fièrement la sortie de son nouvel outil de communication ou plutôt son journal de pré-campagne en vue des municipales de 2020. C'est ce que souligne la presse écrite. Ainsi on peut s'interroger sur les véritables motivations de la municipalité en sortant ce journal après plus de 4 ans d'exercice et moins de 2 ans avant la prochaine échéance électorale. De plus, on constate un traitement du droit à l'expression des élus de l'opposition qui pose question.

En effet, à la page 50 du catalogue, titré Droit d’expression des groupes politiques de l’opposition il est écrit " En vertu de l’article L2121-27-1 du CGCT, nous avons sollicité les groupes politiques du Conseil Municipal pour une contribution à ce document. Aucune proposition ne nous est parvenue ".

Sauf que pour proposer une contribution, faut-il avoir été sollicité. Or, notre groupe ne l'a jamais été. Nous avons donc saisi l'occasion de la tenue du Conseil Municipal du 2 Octobre 2018 pour demander au maire comment les groupes politiques avaient été sollicités. Il a répondu qu’il s'en était tenu à l’existence de deux groupes politiques de l’opposition. Réponse étonnante, puisqu’il existe trois groupes politiques d’opposition au Conseil Municipal et nul n'est mieux placé que le maire pour le savoir.

C'est pourquoi nous tenons à apporter un démenti formel à cette contre-vérité et à dénoncer cette vision anti-démocratique de l’exercice du pouvoir. Cela n'est pas digne du premier magistrat de la Ville.

Par ailleurs, sur le fond, le contenu de ce catalogue électoraliste doit être apprécié avec de fortes réserves et critiques. Ainsi, il nous a paru nécessaire de faire la présente mise au point afin d'éclairer la population.

Le Maire affirme qu’il a atteint la réalisation de 85% de ses engagements. De quels projets parle-t-il ? En fait, la plupart du temps, il s'agit de projets initiés et portés par la mandature de Jean-Yves Langenier. C’est le cas, entre autres, du marché couvert, du lycée de la mer, de l’EPAHD, de la rénovation de l’Église Jeanne d’Arc, des opérations de réhabilitation et de construction de logements neufs dans les RHI de la ville, du nouveau projet ANRU concernant la réhabilitation de la cité Ariste Bolon et de la SIDR haute, etc. On pourrait encore allonger la liste.

Mais où en est la réalisation des projets promis personnellement par Olivier Hoarau, lui-même, durant la campagne électorale en 2014 ?  Les Portoises et les Portois auront bien du mal à les identifier.

En attendant, ce premier numéro luxueux et volumineux de ce journal de 56 pages, tiré à 15 000 exemplaires, coûtera la coquette somme de 22 500 €. Puisqu'il s'agit d'argent public, ce sont les contribuables portois qui devront passer à la caisse.
                           
                                                                          

       

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !