Tribune libre du Collectif de Défense du domaine public maritime :

Lettre ouverte à Madame Annick Girardin, Ministre des Outre-mer


Publié / Actualisé
Madame la Ministre des Outre-mer, nous avons souhaité connaître la décision du Tribunal Administratif ce jeudi 25 octobre 2018 concernant les Paillotes de l'Ermitage avant de vous interpeller. Malheureusement la décision n'est pas connue au moment de ce courrier, nous prenons acte et nous respectons le temps judiciaire. Cependant, nous ne pouvons rester sans agir et souhaitons vous interpeller pour la suite de la gestion des dossiers sur le DPM (domaine public maritime).
Madame la Ministre des Outre-mer, nous avons souhaité connaître la décision du Tribunal Administratif ce jeudi 25 octobre 2018 concernant les Paillotes de l'Ermitage avant de vous interpeller. Malheureusement la décision n'est pas connue au moment de ce courrier, nous prenons acte et nous respectons le temps judiciaire. Cependant, nous ne pouvons rester sans agir et souhaitons vous interpeller pour la suite de la gestion des dossiers sur le DPM (domaine public maritime).

Cependant, nous ne pouvons rester sans agir et souhaitons vous interpeller pour la suite de la gestion des dossiers sur le DPM. Depuis un an, le Collectif de Défense du DPM, les associations et plus globalement les Réunionnais réclament le respect et l’application des lois sur le DPM. Respect des lois pour un accès libre à la plage mais surtout pour protéger notre lagon, nos récifs, nos plages contre l’érosion et préserver notre biodiversité.

Un an de diversion de la part des exploitants, des lobbyings économiques pour maintenir une activité illégale sur un domaine inaliénable et imprescriptible
Un an pour espérer que le tribunal administratif puisse permettre au Préfet d’intervenir rapidement pour libérer le DPM.

Au-delà de cette longue attente pour obtenir le respect des lois pour les 6 paillotes de l’Ermitage nous souhaiterions Madame la Ministre de l’outre-Mer de la part des services de l’Etat (laDeal), de la collectivité Mairie et de la Sous-Préfecture de Saint-Paul l’ouverture et le traitement dans le respect des lois de tous les dossiers en situation illégale  sur le DPM.

Notre lagon, notre biodiversité, nos plages doivent devenir prioritaires dans le développement de la zone balnéaire.

Depuis un an, vous disposez des éléments de notre combat mais nous nous restons à disposition de vos collaborateurs pour l’évoquer si nécessaire.

Veuillez accepter, Madame la Ministre de l’outre-Mer, l'expression de nos sentiments respectueux.

Karl Bellon
Porte-parole du Collectif de Défense du domaine public maritime

   

3 Commentaire(s)

Mode, Posté
C est le même problème en MARTINIQUE
Sinapa, Posté
Message Kev. C'est toi camarade qui est impayable, léger dans ton jugement et surtout ignorant des lois de ton pays. Un peu de révision : je te propose de lire le décret plage de 2006 et la loi littorale, et tu finiras par juger toi-même que toute cette mafia est dans l'illégalité la plus totale plus d'être arrogant et méprisants...
Kev, Posté
Ce Bellon est impayable. Il prétend laisser à la justice le temps de trancher mais lui a déjà jugé. Quand on dit qu'on respecte la justice, on la laisse juger !