Tribune libre de la Capeb :

Ecouter et agir dans l'apaisement et l'entendement


Publié / Actualisé
Dans un communiqué, la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) appelle à l'instauration d'un dialogue entre l'État, la communauté politique et les représentants des "Gilets jaunes" au "profit de la reprise de la vie économique et du chemin de l'école".
Dans un communiqué, la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) appelle à l'instauration d'un dialogue entre l'État, la communauté politique et les représentants des "Gilets jaunes" au "profit de la reprise de la vie économique et du chemin de l'école".

Depuis samedi dernier, des hommes et des femmes responsables expriment tout haut le mal qui couve depuis plusieurs décennies dans notre île. Il a fallu la goutte pour faire déborder le vase. Et elle se déverse amèrement. Nous voilà dans une situation chargée de symbolismes forts pour laquelle les grands principes qui guident notre pays, acquis de hautes luttes, parce qu’ils ont été, à plusieurs reprises, bafoués, conspués, n’arrivent plus :

  • à donner du sens à nos projets,
  • à construire la société,
  • à offrir un avenir à une jeunesse formée, qualifiée, capable de grandes et belles initiatives.

Nous n’avons pas le droit de rester insensible à cet appel au secours !

Nous devons entendre les voix qui plaident pour un avenir meilleur dans un monde où les égoïsmes règnent en toute puissance, faisant du plus petit un dominé et du plus grand un dominant.

La CAPEB comprend le combat des " Gilets jaunes " et leur apporte pleinement son soutien. Mais, pour vaincre le mal qui nous ronge, il faut agir dans l’apaisement et l’entendement.

C’est pourquoi, il est important d’instaurer, dans les meilleurs délais mais de manière consensuelle et durable, le dialogue entre l’Etat, la communauté politique et les représentants des " Gilets jaunes " au profit de la reprise de la vie économique et du chemin de l’école. Sinon, la souffrance continuera à nous tenir compagnie.

Cyrille RICKMOUNIE
Président

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !