Tribune Libre de Frédéric Vienne et Bruno Robert, citoyens réunionnais et agriculteurs :

Maintenir la solidarité doit rester une priorité


Publié / Actualisé
Depuis plus d'une semaine, un mouvement d'ampleur donne une chance à la population dans son ensemble d'envoyer un signal fort auprès des instances gouvernementales et des élus, pour améliorer les conditions de vie des Réunionnais. Depuis le début, nous soutenons le mouvement initié par les Gilets jaunes et dont nous estimons légitimes les revendications.
Depuis plus d'une semaine, un mouvement d'ampleur donne une chance à la population dans son ensemble d'envoyer un signal fort auprès des instances gouvernementales et des élus, pour améliorer les conditions de vie des Réunionnais. Depuis le début, nous soutenons le mouvement initié par les Gilets jaunes et dont nous estimons légitimes les revendications.

Nombreux sont les agriculteurs à être présents sur les barrages, à se mobiliser aux cotés des Gilets jaunes. Et ce n'est pas pour exposer les difficultés inhérentes à leurs activités qu'ils ont eux aussi endossé le gilet jaune, mais bel et bien en tant que citoyens, solidaires du mouvement.

La semaine qui vient s’annonce décisive pour l’aboutissement des revendications. Elle l'est également pour la préservation de notre économie agricole, si fragile.

Il est important de prendre pleinement conscience de la situation dans laquelle se trouvent les agriculteurs, toutes filières confondues. Nous ne souhaitons pas voir mourir nos exploitations. Les éleveurs, les maraîchers, les fruitiers et même les canniers sont dans une grande détresse, proches de difficultés qui ne pourront être surmontées.

Maintenir la solidarité doit rester une priorité. C’est une condition essentielle pour obtenir une issue favorable à tous. La stratégie de blocage de l’économie a eu son effet, elle a provoqué un véritable électrochoc, qui a permis la venue de la Ministre de l’outre-mer sur notre ile dans les prochains jours.

Nous nous tenons à la disposition des Gilets jaunes pour unir nos forces et mettre en commun nos moyens logistiques, et ainsi amplifier le mouvement de contestation. Cette perspective doit néanmoins s'envisager avec une pression moindre sur l’activité économique afin de maintenir en vie les exploitations.

Ce message que nous adressons a vocation à être fédérateur. C'est en tant que citoyen que nous le portons, et non en tant que représentants syndicaux.  Il est essentiel que le mouvement citoyen dans sa diversité puisse parler d’une seule et même voix."

Frédéric VIENNE et Bruno ROBERT, citoyens réunionnais et agriculteurs

   

1 Commentaire(s)

Jean, Posté
Quelle solidarité ?
Quand vous écoutez les revendications, c'est le gros n'importe quoi, que des incohérences, pas un seul n'est en phase avec l'autre, c'est un véritable foutoir qui ne va faire qu'une chose, appauvrir et diviser toute la population.