Tribune Libre de Daniel Lorion, Député de La Réunion :

Exonérations de charges en Outre-mer : le compte n'y est pas !


Publié / Actualisé
Sur fond de grave crise sociale et économique à La Réunion, la Ministre des Outre-mer a présenté hier matin ses derniers arbitrages concernant les exonérations de charges prévues dans le cadre du Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2019. Je souhaitais le maintien des amendements votés par le Sénat et que j'avais défendu en première lecture à l'Assemblée. Ceux-ci rehaussaient significativement les seuils de dégressivité des exonérations de charges sociales patronales en outre-mer et avaient un effet positif sur l'emploi et la compétitivité. Au lieu de cela, le Gouvernement a redétricoté le texte sénatorial pour proposer un nouveau dispositif ne répondant absolument pas aux attentes du monde économique ultramarin qui d'ailleurs n'a pas été associé à ces ultimes arbitrages, nés de tractations entre Bercy, Matignon et le Ministère des Outre-mer.
Sur fond de grave crise sociale et économique à La Réunion, la Ministre des Outre-mer a présenté hier matin ses derniers arbitrages concernant les exonérations de charges prévues dans le cadre du Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2019. Je souhaitais le maintien des amendements votés par le Sénat et que j'avais défendu en première lecture à l'Assemblée. Ceux-ci rehaussaient significativement les seuils de dégressivité des exonérations de charges sociales patronales en outre-mer et avaient un effet positif sur l'emploi et la compétitivité. Au lieu de cela, le Gouvernement a redétricoté le texte sénatorial pour proposer un nouveau dispositif ne répondant absolument pas aux attentes du monde économique ultramarin qui d'ailleurs n'a pas été associé à ces ultimes arbitrages, nés de tractations entre Bercy, Matignon et le Ministère des Outre-mer.

Comme le soulignait la FEDOM, " en tenant compte également de l’impact fiscal du basculement du CICE vers les charges sociales, c’est une augmentation totale du coût du travail à laquelle les économies des DOM vont être confrontées en 2019 ".

En effet, le compte n’y est pas ! Ce sont quelque 30 millions d’euros de baisses de charges qui devaient revenir à nos territoires et qui au final vont disparaitre pour repartir dans les caisses de l’Etat.

Dans le contexte actuel que connait notre île, le Gouvernement envoie à la population un très mauvais signal. Notre territoire ne demande pas l’aumône. Il souhaite simplement que l’Etat lui donne les moyens de se développer économiquement et socialement.
J’attends désormais que Mme Girardin fasse des annonces fortes lors de son déplacement à La Réunion.
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !