Tribune libre de Jean François Nativel :

"La Réunion demeurera en " crise requin " et y laissera tout son potentiel économique"


Publié / Actualisé
Aujourd'hui la Réunion est en deuil avec cette nouvelle attaque mortelle de requin. Elle rappelle que c'est l'ensemble des Réunionnais qui est concerné. Cette attaque, comme beaucoup d'autres, aurait pu être évitée si l'état avait pris la pleine mesure de la gravité de la situation. Mais les autorités préfèrent continuer de jouer aux requins et dépensent des millions d'euros dans des expérimentations et des gadgets. Jusqu'à quand les Réunionnais vont-ils servir de cobayes et de martyrs ?
Aujourd'hui la Réunion est en deuil avec cette nouvelle attaque mortelle de requin. Elle rappelle que c'est l'ensemble des Réunionnais qui est concerné. Cette attaque, comme beaucoup d'autres, aurait pu être évitée si l'état avait pris la pleine mesure de la gravité de la situation. Mais les autorités préfèrent continuer de jouer aux requins et dépensent des millions d'euros dans des expérimentations et des gadgets. Jusqu'à quand les Réunionnais vont-ils servir de cobayes et de martyrs ?

Où sont les scientifiques qui venaient dans les journaux télévisés pour expliquer qu’il s’agit d’un problème de comportement de surfeurs (métropolitains) ressemblant à des tortues ? Eux qui nous assuraient que le danger était " après 14 h " et en " hiver " ?

Lorsqu’en 2011, les Seychelles ont connu 2 attaques mortelles, le gouvernement a fait appel aux petits pêcheurs. Depuis 2011 il n’y a plus jamais eu de problèmes aux Seychelles. L’île Maurice voisine est épargnée car la pêche traditionnelle est quotidienne tout autour de l’île, et constitue une menace qui maintient à bonne distance les prédateurs. Ici on nous refuse toujours la pêche traditionnelle et la commercialisation. A travers la réglementation de la Réserve Marine, on continue de nous imposer une cohabitation forcée au nom d’une approche " moderne " de la biodiversité.

Tant que les autorités refuseront ces nécessaires évolutions, La Réunion demeurera en " crise requin " et y laissera tout son potentiel économique, sa réputation, son avenir. Pas plus loin qu’hier, la ministre de l’outre-mer sur ce sujet a exprimé son mépris envers la population réunionnaise en affirmant que le problème était " bien géré ", puisque selon elle il y a une offre d’accès à l’océan suffisante avec des espaces " surveillés ou protégés ".

C’est faux, et si aujourd’hui c’est la communauté des pêcheurs qui est meurtrie, demain ce sera à nouveau celle des baigneurs ou des pratiquants nautiques, les plus exposés. Il n’existe pas d’espaces " protégés " ou " surveillés " dignes de ce nom à l’île de la Réunion. Les petits filets de baignade n’ont eu que quatre jours d’ouverture à Boucan Canot pour le mois de janvier 2019, période de vacances et de fortes chaleurs. Les futurs projets de "grands" filets sont totalement hasardeux car ils se confronteront au même problème que ceux qui ont été expérimentés en 2016 : sans aucune menace dans leur périmètre immédiat, les prédateurs risquent de pénétrer pour chercher à manger dedans, comme ils l’ont fait précédemment.

Le petit bassin de baignade de Boucan Canot livré en septembre 2017 présente une mauvaise conception et se retrouve souvent insalubre ou impraticable lorsqu’il y a des vagues. Les vigies requin, vitrine de la politique publique, sont confrontés aux mêmes difficultés que les filets, et n’auront d’ailleurs fonctionné normalement que trois jours pour tout le mois de janvier 2019, et pour une poignée de licenciés. C’est ça le vrai bilan de l’offre d’accès à l’océan pour 800 000 Réunionnais, un bilan honteux qui est caché par les institutions.

La pêche ne peut toujours pas en 2019 être mis en oeuvre dans les zones de niveau 2 de la réserve marine qui a pourtant phagocyté la totalité de nos plages populaires. Nous attendons toujours depuis 2011, le renfort de la pêche traditionnelle et de plaisance, car l’effort de pêche officielle reste bien en deçà des capacités de reproduction de ces prédateurs. Cette offre dérisoire a pour conséquence de conduire de plus en plus de personnes à braver l’interdiction d’activité qui, dans une île tropicale, ne sera jamais une solution.

S’il y avait une offre suffisante, ce qu’on est en droit d’attendre après 8 années de crise et 10 millions € dépensés, il n’y aurait pas autant de monde pour braver l’interdiction. Faut-il attendre maintenant que ce soit un baigneur dans le lagon ou un plongeur en bouteille pour que l’on sorte de la " gestion ", et que l’on passe enfin à la résolution ?

Nous ne demandons pas un risque zéro, mais nous demandons de mettre enfin toutes les chances de notre côté, du côté de l’humain.

   

6 Commentaire(s)

Tj plus de monde pour braver l'interdiction ? mais elle sert à quoi son asso OPR, asso de prévention en carton ?, Posté
elle est bien bonne celle là, il auto dénonce l'incompétence de son association de prévention ... il ne fait que attiser les surfeurs en leur répétant sans cesse rend a nous la mer .. en leur répétant que la désobéissance civile est une nécessité ..au travers de son asso en carton, il les pousse a l'eau en qq sorte, et ensuite accuse l'état de ne pas les empêcher d'aller a l'eau .. mais concrètement, les seuls a prendre le risque, ce sont bien ses adorateurs ...
ce mec est dangereux pour le jeunes .. et ne devrait meme plus avoir le droit de parole !!!
Philou, Posté
J'ai habité à la Réunion pendant des années et j'ai plongé en bouteille à La Réunion depuis 1999 jusqu'à 2018,jamais vu un requin hostile pendant toutes ses années...
J'habite maintenant Tahiti ou le requin est sacralisé,pourquoi,ici aussi il y a des tigres et pas d'attaque...Bizarre!!!
J'ai appris récemment que de façon quasi quotidienne une barge chargé de déchets de poissons des poissonneries industrielles allait vider très au large sa cargaison....Peut être une idée à creuser pour éloigner les requins de la cÃ'te dans un premier temps et certainement moins couteuse que les divers plans requins mis en place jusqu'alors....
Et c'est plutÃ't efficace ....
Bien à vous
Emji, Posté
Toutes les villes ont été construites dans les territoires des loups et des ours................s'ils reviennent aux alentours ,on ne déménage pas bien au contraire alors cogitez avant de dire territoires de ce putain de bouledogue qui n'est qu'un POISSON..!!!!!!
@jvdheed, Posté
Jvdheed merci pour l'exposé magistral de vos convictions personnelles. S'il n'y avait pas mort d'homme ce serait presque rigolo autant de lieux communs en si peu de phrases. La Réunion n'a pas besoin de campagne préventive ou informative supplémentaires. La Réunion à besoin que l'on redonne à sa population le droit de retrouver son équilibre d'antan dans les rapports entre l'homme et la mer. Si pour vous la peche traditionnelle et la commercialisation de la chaire de requin c'est un ''massacre'', cela correspond à une logique personnelle que seul un bon psy pourrait vous aider à remettre en question. Le fait que vous déclarez que JF Nativel ne connait rien au sujet est un autre signe de votre objectivité et de votre connaissance du sujet. Alors de grâce arretez vos leçons de cours d'école primaire. Se faire attaquer et tuer en ayant de l'eau jusqu'à la taille,à la Réunion, ce n'est possible aujourd'hui que parce que des hommes et femmes venus d'ailleurs ont joué aux apprentis savants/sorciers et ont transformé notre mer en parc à requin. Point barre. Des femmes et des hommes se battront contre ça. N'en déplaise à tous les ''eclairés'' de votre genre!
Jvdheed, Posté
Les raisons de l'incident ? elles sont nombreuses... A commencer par le fait que fait que la victime se trouvait près de l'embouchure d'une rivière, lieu à éviter car c'est un endroit où l'eau est trouble et très fréquentée par les requins attirés par les déchets et autres sources d'alimentation. De plus, la victime pêchait et par conséquent est considérée comme un concurrent inconnu pour le squale, celui-ci réagit comme le ferait tout prédateur en mordant. cette morsure est censée être préventive et serre à faire fuir les potentiels concurrents.
Cet accident est terrible et m'attriste fortement. Mais un massacre n'est pas la solution. Ce qu'il faut c'est une campagne préventive et surtout INFORMATIVE sur le comportements de ces prédateurs pour éviter au maximum un nouvel incident... les lieux à éviter, comportements à adopter en cas de mauvaise rencontre ou pour tout simplement éviter celle-ci.
Je vous invite tous à lire le livre de J-M Rodelet et Erich Ritter, plus particulièrement vous monsieur Nativel qui parlez sans aucune connaissance du sujet en question, qui nous évitera un nouvel accident. Le lien du livre est ci -dessous:http://www.sharkschool.eu/interaction-homme-requin-le-livre/
Si vous ne souhaitez pas acheter le livre je vous propose d'au moins lire ces recommandations:http://www.sharkschool.eu/recommandations/
Melpomene, Posté
Ce qui est dit et argumenté ci-dessus est parfaitement exacte. Je me rappelle qu'en 1972 on pouvait sans aucun problème se Baigner à Boucan et aux Roches Noires. J'ai pratiqué à cette époque la planche à voile (très lourde avec des winchbons en bois lamellé-collé). Très souvent on se reposait, assis sur la planche les jambes pendant dans l'eau, au large du port de St Gilles, sans aucune appréhension. Il n'y a jamais eu d'attaque de requins boule-dogues ou tigres. A cette époque les pirogues de Loulou partaient toutes les nuits pécher devant St Gilles et ramenaient au petit matin force poissons et parmi eux il y avait des requins...
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...