Courrier des lecteurs de Stéphane Persée :

Le pouvoir appartient au peuple, ... et seulement au peuple


Publié / Actualisé
Tout d'abord, nous allons nous rappeler de la définition du mot " Peuple " : Ensemble de personnes vivant en société sur un même territoire par des liens culturels, des institutions politiques. (Larousse).
Tout d'abord, nous allons nous rappeler de la définition du mot " Peuple " : Ensemble de personnes vivant en société sur un même territoire par des liens culturels, des institutions politiques. (Larousse).

De cette définition, je retiens qu’on est administré par notre culture (ethnie, religion, mode de consommation, mode de déplacement, mode de vie, médias, …) et les institutions politiques, bien évidemment la 5ème république s’est organisée pour qu’en France, nos 67 millions d’habitants soit représenté par 1 président de la République, 1 gouvernement, le Sénat (348 sénateurs), l’assemblée nationale (577 députés), un conseil constitutionnel (9 membres) et localement par 35 356 maires, 1 263 communautés d’agglomération, 101 départements et 18 régions.

Je crois que cette définition oublie l’essentiel même de notre pouvoir, c’est à dire NOUS : nous consommateurs, nous travailleurs, nous entrepreneurs, nous électeurs, nous emprunteurs ou " épargneurs ", nous voyageurs, nous malades, nous contribuables, nous téléspectateurs, … tout simplement NOUS en étant acteurs de cette société. Alors pourquoi pensons-nous, pour une grande partie, qu’il n’est pas possible de construire une nouvelle société, notre destin alors qu’ON est le cœur de cette société ?

La réponse découle en bonne partie dans la division culturelle et politique du monde dans lequel on vit. La planète et les Hommes ont été les oubliés de la constitution de cette République.

On dit souvent que le pouvoir est monétaire : mais je ne n’ai jamais vu l’argent grossir dans ma tirelire si je n’y coulais pas une pièce ou un billet. Son pouvoir est lié à la démarche qu’on en est fait LE moyen d’échange, un argent qui ne travaille pas (taux d’intérêt pour les crédits ou taux de placement pour les débits) ne rapporte rien, c’est le seul fait qu’il travaille qui le rend puissant.

Et nous notre travail, il vaut quoi ? On dit que tout travail mérite un salaire, alors quel est le notre ?

Je ne parle pas de celui qu’on retrouve en bas de sa fiche de paie, de son allocation, de sa déclaration fiscale, de son relevé de banque … je parle du partage des richesses : quelle est le juste retour de contribution de notre société à ses individus : vie chère, taxes et j’en passe.

Demain ne pourra se construire sans nous, mais pour cela nous devons agir car seul l’action (le travail) et l’union vers des intérêts communs et non plus individuels permettra le développement durable de notre humanité.

Stéphane Persée - "Set i vé viv, sé set i batay"

   

1 Commentaire(s)

CECCU, depuis son mobile, Posté
J'espère que vous avez tous bien tout compris et surtout bien enregistré......réfléchissez bien à la notion de peuple