Tribune libre de la députée Nadia Ramassamy :

La transition écologique méfite mieux qu'une punition fiscale


Publié / Actualisé
Monsieur le Président, Ma question s'adresse au Ministre de la Transition écologique, 6 mois après le début de la crise des Gilets jaunes, les prix de l'énergie continuent d'augmenter : Non seulement le gazole a augmenté de 4% et le sans-plomb de 5% depuis un an. Mais en plus, les tarifs de l'électricité augmenteront de 6% dès le 1er juin. (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)
Monsieur le Président, Ma question s'adresse au Ministre de la Transition écologique, 6 mois après le début de la crise des Gilets jaunes, les prix de l'énergie continuent d'augmenter : Non seulement le gazole a augmenté de 4% et le sans-plomb de 5% depuis un an. Mais en plus, les tarifs de l'électricité augmenteront de 6% dès le 1er juin. (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)

Ce sont 28 millions de ménages et de petits entrepreneurs abonnés au tarif bleu d’EDF qui seront les nouvelles victimes de votre politique. Encore une fois, c’est le pouvoir d’achat des Français qui est attaqué pour satisfaire les concurrents d’EDF. Vous suivez la Commission de régulation de l’énergie pour je cite " éviter la faillite de ces fournisseurs alternatifs ".

Résultat ? EDF est prié de vendre moins cher à ses concurrents et plus cher aux consommateurs. EDF investit, ses concurrents en tirent profit. Alors que l’ouverture à la concurrence doit aboutir au contraire à une baisse générale des prix.

Dans ce cas, pourquoi l’État stratège maintient-il des taxes sur l’électricité aussi élevées ?
A savoir:
- La contribution tarifaire d’acheminement,
- La contribution au service public d’électricité,
- Et surtout la TVA à 20% !

A cette injustice fiscale s’ajoute la fracture territoriale : Moins les ménages ont d’alternative à la voiture, plus ils sont taxés. La double peine ! L’écologie ne se résume pas à des taxes, Monsieur le Ministre. Vous disiez : " L’écologie, ne peut pas être que des grands discours mais bien de l’action ".

Alors, après les discours, Monsieur le ministre, place à l’action : L’écologie mérite mieux qu’une punition fiscale. Gelez la hausse de 6%. Et baissez la fiscalité de l’énergie.

Nadia Ramassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !