Tribune libre de Jean-Claude Comorassamy :

Comment bâtir un GHT avec l'histoire, les valeurs et l'identité de chacun ?


Publié / Actualisé
Le Groupement Hospitalier de Territoire Réunion (GHT) est un dispositif conventionnel, devenu obligatoire depuis le 1er juillet 2016. Ainsi les établissements publics de la Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO) et psychiatrie d'un même territoire, à savoir le CHU, GHER, CHOR et EPSMR vont s'engager à se coordonner autour d'une stratégie de prise en charge commune et graduée du patient, formalisée dans un projet médical partagé, comme précise la loi de santé de 2016. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le Groupement Hospitalier de Territoire Réunion (GHT) est un dispositif conventionnel, devenu obligatoire depuis le 1er juillet 2016. Ainsi les établissements publics de la Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO) et psychiatrie d'un même territoire, à savoir le CHU, GHER, CHOR et EPSMR vont s'engager à se coordonner autour d'une stratégie de prise en charge commune et graduée du patient, formalisée dans un projet médical partagé, comme précise la loi de santé de 2016. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Cette coopération autour d’un projet médical partagé doit répondre aux besoins de la population, doit permettre aux établissements de santé de " soigner mieux et à moindre coût ", d’après cette même loi. Le principe est simple, c’est d’inciter les établissements de santé à mutualiser leurs équipes et à répartir les activités de façon à ce que chaque structure trouve son positionnement dans le territoire.

Cependant, au moment où le CHU semble vouloir déployer ses multiples tentacules de ramifications sur l’ensemble des hôpitaux publics à travers ce GHT. N’est-il pas plus cohérent que nos deux hôpitaux de l’Ouest (EPSMR CHOR) parlent d’une seule et d’une même voix ? D’autant plus malgré que des craintes justifiées ou pas subsistent, la psychiatrie ne puisse que souscrire à la territorialisation prévue dans la loi.

Cette loi enjoint aujourd’hui les hôpitaux publics, à coopérer, à construire ensemble, à appliquer une stratégie de groupe, garante de la pérennité d’une offre de santé publique sur le territoire. La question se pose aussi en termes d’identité, de valeurs, d’histoire de chaque hôpital dans la construction de ce GHT.

Partant de là, ne faudrait-il pas être force de proposition pour consolider la psychiatrie dans ce territoire de santé publique ? Puisque l’EPSMR a été désigné établissement pivot de la thématique santé mentale, alors ne faudrait-il pas là encore, inscrire dans du marbre un article spécifique dédié à la filière psychiatrie avec un ensemble de clauses de ces garanties spécifiques  lors de la négociation de ladite convention ?

En finalité, est-ce que la convention du GCS-GSO (Groupement de Coopération Sanitaire-Groupement Sanitaire Ouest) n’est pas un rempart plus solide et plus efficace pour la psychiatrie dans ce projet Groupement Hospitalier de Territoire ? Se posera également la réflexion, comment passer de la mise en commun au faire ensemble sans perte de moyens ?

Jean-Claude Comorassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !