Tribune libre de Jacky Balmine, secrétaire général de la CGTR-BTP :

La CGTR-BTP déplore la situation actuelle du chantier de la NRL


Publié / Actualisé
La fourniture de matériaux rochers n'est pas de la responsabilité des salariés, mais bien de celle de l'entreprise adjudicatrice et renvoie aux discussions entre celle ci et le conseil régional et ce dernier et les transporteurs. En conséquence, les salariés ne doivent pas être les victimes de l'impéritie des uns et de l'appât immesuré du gain de certains. Et pourtant, les salariés sont aujourd'hui pris en otages d'une situation dont ils ne sont aucunement responsables.
La fourniture de matériaux rochers n'est pas de la responsabilité des salariés, mais bien de celle de l'entreprise adjudicatrice et renvoie aux discussions entre celle ci et le conseil régional et ce dernier et les transporteurs. En conséquence, les salariés ne doivent pas être les victimes de l'impéritie des uns et de l'appât immesuré du gain de certains. Et pourtant, les salariés sont aujourd'hui pris en otages d'une situation dont ils ne sont aucunement responsables.

Ils se retrouvent les grands sacrifiés de ce conflit. Pour mémoire, on leur a fait miroiter du travail pour la durée du chantier et à ce jour à la moitié de ce temps alors que le chantier n’est pas terminé on les mets à la porte. L’engagement des entreprises et du politique vis-à-vis de ces salariés n’a pas été respecté.

On les considère pour des laissés pour compte. Pire encore, l’entreprise les mets à la porte sans dédommagement et surtout sans perspective en terme d’employabilité et de reconversion, c’est inadmissible. Le principe de précaution ne leur est pas appliqué.

La problématique des carrières découle de ces coupables irresponsabilités. Et aujourd’hui, on voudrait renvoyer la patate chaude aux salariés sommés de trancher pour ou contre les carrières, sommés de trancher dans un état de fait consécutif d’irresponsabilités qui ne leur incombent pas.

La CGTR-BTP est un syndicat de défense de salarié se tentant, elle défendra les intérêts des salariés.

Dans l’hypothèse d’arrêt de ce chantier, les responsables de cette situation devraient, enfin, se pencher sur les conséquences qui en découlent pour les salariés qui y travaillent (risque de perte de plus de 500 emplois d’ici la fin de l’année) et assumer leurs propres responsabilités. Quelle continuité de l’emploi? Quelle reconversion? Aucun travailleur ne doit resté sur le bord du chemin.

La CGTR-BTP n’exclut aucun moyen dans sa défense des salariés : du juridique à la mobilisation tout est envisageable. Cependant, en tant qu'organisation syndicale, la CGTR a ses propres revendications qui ne sauraient se diluer dans les intérêts des autres parties."

Jacky Balmine, secrétaire général de la CGTR-BTP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !