Tribune libre de la députée Huguette Bello :

Sensibilisation aux caractéristiques, difficultés mais aussi potentialités de la pêche artisanale réunionnaise


Publié / Actualisé
La Mission d'information de l'Assemblée nationale sur la pêche a consacré, ce mercredi 22 mai 2019, une table ronde à la pêche dans les Outre-mer. Huguette Bello a participé à cette rencontre où elle est longuement intervenue pour sensibiliser les députés sur les caractéristiques, les difficultés mais aussi les potentialités de la pêche artisanale réunionnaise et de la Grande pêche australe.
La Mission d'information de l'Assemblée nationale sur la pêche a consacré, ce mercredi 22 mai 2019, une table ronde à la pêche dans les Outre-mer. Huguette Bello a participé à cette rencontre où elle est longuement intervenue pour sensibiliser les députés sur les caractéristiques, les difficultés mais aussi les potentialités de la pêche artisanale réunionnaise et de la Grande pêche australe.

S’agissant de la pêche artisanale, elle a souligné la diminution du nombre de marins-pêcheurs à La Réunion durant ces vingt dernières années (180 au lieu de 500) et la concurrence qu’ils subissent du fait de la pêche illégale, des plaisanciers et des poissons " de dégagement ".

Elle a attiré l’attention de la Mission sur la nécessité absolue de renouveler les flotilles ainsi que le permet désormais une dérogation de la Commission européenne. À ce sujet, Huguette Bello a indiqué que le Rapport Laisné diligenté par le Gouvernement sur ce sujet a été adopté à l’unanimité des Comités des Pêches des Outre-mer, et notamment la disposition préconisant la construction de navires de moins de 12 mètres, particulièrement adaptés pour la pêche des ressources pélagiques.


S’agissant de la Grande pêche australe, Huguette Bello a sensibilisé les députés sur les caractéristiques de la pêche de la légine fortement marquées par les exigences environnementales. Elle a souligné l’impact de cette pêche dans l’économie de la Réunion (n°1 des ports français de Grande pêche, 2ème produit d’exportation, près de 900 emplois) mais aussi dans l’activité de pêche française.

Alors que le nouveau Plan de gestion est sur le point d’être adopté, Huguette Bello a déploré le manque total de concertation de autorités des TAAF avec les élus et singulièrement les parlementaires de La Réunion.

Elle a conclu son intervention en insistant sur deux points communs à ces deux types de pêche.

  •  D’abord, en rappelant sa demande en faveur de la création d’un lycée des métiers de la Mer à la Réunion.
  •  Ensuite, la nécessaire lutte contre la pêche illégale par le renforcement des moyens de sécurité et l’abandon du projet de suivi à distance depuis la France continentale.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !