Tribune libre de la FSU Réunion :

Calendrier scolaire : un débat verrouillé !


Publié / Actualisé
Ce mardi 4 juin la FSU, le Sgen-CFDT et deux associations de parents d'élèves, la FCPE et l'UNAAPE ont décidé de boycotter la réunion de ce mardi au rectorat et qui devait préparer la consultation qui aura lieu dans les prochaines semaines dans les établissements scolaires et au Conseil de l'Éducation Nationale pour déterminer le calendrier scolaire de la période 2020-2023. Devant la décision du rectorat d'écarter le calendrier climatique de cette prochaine consultation, nos organisations ont décidé de boycotter la réunion d'aujourd'hui. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 4 juin la FSU, le Sgen-CFDT et deux associations de parents d'élèves, la FCPE et l'UNAAPE ont décidé de boycotter la réunion de ce mardi au rectorat et qui devait préparer la consultation qui aura lieu dans les prochaines semaines dans les établissements scolaires et au Conseil de l'Éducation Nationale pour déterminer le calendrier scolaire de la période 2020-2023. Devant la décision du rectorat d'écarter le calendrier climatique de cette prochaine consultation, nos organisations ont décidé de boycotter la réunion d'aujourd'hui. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Comme de coutume tous les 3 ans, Le prochain calendrier scolaire est soumis à consultation avant son adoption au Conseil de l’Education Nationale en juin. Courant mars, les organisations syndicales et fédérations de parents d’élèves étaient invitées à présenter des propositions pour alimenter cette consultation. La FSU, le Sgen-CFDT, la FCPE et l’UNAAPE, avaient alors soutenu, une fois de plus, le principe d’un calendrier climatique civil avec une rentrée mi-février et une fin d’année en décembre.

Trois mois plus tard, une seconde réunion s’est tenue au Rectorat ce mardi 4 juin pour établir cette fois la liste des propositions qui pourront être versées aux débats à venir : l’académie a retenu deux modèles de calendrier possible, tous deux proches du calendrier hexagonal et en excluant d’autorité toute autre alternative.

Il s’agissait pourtant d’adapter le calendrier aux conditions de la Réunion pour favoriser la réussite scolaire des élèves. En effet, les fortes chaleurs perturbent considérablement les apprentissages, car elles sont source de fatigue, de mauvaise qualité de concentration et de récupération, et ce d’autant plus que le bâti scolaire sur l’île, ne répond pas aux normes thermiques.

Dans une période où le changement climatique génère des températures encore plus élevées et où la période chaude s’allonge, les élèves de la Réunion auraient mérité qu’on leur offre de meilleures conditions d’apprentissage. Eliminer sans état d’âme la proposition d’un calendrier qui prend en compte ces paramètres, plus que n’importe quel autre, est pour nous un déni des difficultés endurés par les élèves. Nous le dénonçons !

Verrouiller pour la seconde fois le débat démontre, s’il en était encore besoin, le refus de l’académie de chercher la meilleure solution pour la réussite de nos élèves de la maternelle à l’université. En l’absence d’un débat authentiquement démocratique, nous avons décidé de boycotter cette réunion de mardi dont l’objectif évident est d’entériner un calendrier scolaire imposé par le Ministère. Monsieur le Recteur, l’urgence commande, ne verrouillez pas ce débat fondamental !

FSU Réunion, Sgen-CFDT, FCPE, UNAAPE

   

1 Commentaire(s)

Paul Grondin, depuis son mobile, Posté
L'argument fortes chaleurs ne tient pas la route, en février et mars il fait aussi chaud qu'en janvier.