Tribune libre de Lilian Reilhac :

Une cagnotte pour nos footballeuses au titre des inégalités hommes-femmes


Publié / Actualisé
Nous étions nombreux devant notre télévision, nos ordinateurs, nos tablettes à admirer nos belles et courageuses footballeuses vendredi soir affronter l'équipe sud-coréenne en ouverture de la Coupe du monde de football féminin. Score quatre à zéro pour les françaises qui démarrent ainsi tambour battant cette compétition mondiale. Rien à voir avec l'équipe masculine qui le lendemain en Turquie s'inclinait deux à zéro. Des champions du monde, chevaliers de la Légion d'honneur, méconnaissables, mais gageons qu'ils se rattraperont lors des prochains matchs de qualification de l'Euro 2020.
Nous étions nombreux devant notre télévision, nos ordinateurs, nos tablettes à admirer nos belles et courageuses footballeuses vendredi soir affronter l'équipe sud-coréenne en ouverture de la Coupe du monde de football féminin. Score quatre à zéro pour les françaises qui démarrent ainsi tambour battant cette compétition mondiale. Rien à voir avec l'équipe masculine qui le lendemain en Turquie s'inclinait deux à zéro. Des champions du monde, chevaliers de la Légion d'honneur, méconnaissables, mais gageons qu'ils se rattraperont lors des prochains matchs de qualification de l'Euro 2020.

Mais derrière le sport pratiqué de plus en plus fièrement par les jeunes filles, se cache cette récurrente et insupportable inégalité de traitement  entre  hommes  et  femmes.

Ainsi,  en  cas  de  victoire,  les  Bleues  de  Corinne Diacre percevront chacune 15  000  €, alors  que  l’année  dernière  les  joueurs  de  Didier  Deschamps  ont  perçu  400 000 euros par joueur,  soit  27  fois  moins.

Pour  leurs  déplacements,  la  sélection  féminine  voyage  en avion  classe  économique pour  se  rendre sur  les lieux de match tandis qu’un  avion spécial est affrété à leurs homologues masculins.

En ce  qui concerne l’hébergement,  si l’équipe  de  France  dirigée  par  Didier  Deschamps bénéficient  du luxe des hôtels cinq étoiles, les filles de Corinne Diacre doivent se contenter d’hôtels trois étoiles.

Ces  disparités  entretenues  par  la  FIFA  aux  sélections  féminines  sont  inacceptables.

Certes, les audiences de la coupe du monde de football féminine n’a rien à voir avec celles des  hommes, mais  la  compétition  est  suivie par  plus  de  quatre  cents  millions de spectateurs  dans le  monde, dix millions  uniquement  en  France, les  stades  sont  bien garnis, les sponsors et annonceurs présents sur tous les supports…

La  FIFA  aurait  tout à  gagner  dans  ce  long  combat  pour  la  parité homme femme  en faisant  un  effort. Je  propose qu’on lance une  cagnotte  pour  donner  l’exemple  à  ces dirigeants de la FIFA où la gente masculine occupe tous les postes.

Décidément,  à  ce  rythme,  il  faudra  deux  siècles  pour  atteindre cet  objectif :  égalité homme,  femme.  Et  comme  écrivait  le  philosophe  suisse  Henri-Frédéric  Amiel,  "tant qu’on ignore la femme, l’humanité restera incomplète."

   

1 Commentaire(s)

Angèle974, Posté
La parité commencerait pas ne pas réduire en premier lieu ces joueuses à leurs attributs physiques ... auriez-vous commencé un article sur l'équipe masculine par "ces beaux et courageux joueurs" ?? Quel intérêt ?? La qualité de leur jeu serait-elle moindre si elles n'étaient pas "belles" ?? Le sexisme se cache aussi sous les meilleures intentions ...