Tribune libre de Nassimah Dindar :

"Les Jeux des îles deviennent l'otage d'enjeux politiques, qui, par nature les dépassent"


Publié / Actualisé
Dans une question adressée à la ministre des sports Roxana Maracineanu, la sénatrice Nassimah Dindar revient sur la polémique autour du drapeau français et du chant de la Marseillaise pour la délégation mahoraise. La question de Nassimah Dindar à retrouver dans son intégralité ci-dessous. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Dans une question adressée à la ministre des sports Roxana Maracineanu, la sénatrice Nassimah Dindar revient sur la polémique autour du drapeau français et du chant de la Marseillaise pour la délégation mahoraise. La question de Nassimah Dindar à retrouver dans son intégralité ci-dessous. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Mme Nassimah Dindar attire l'attention de Mme la ministre des sports sur la tenue des prochains Jeux des îles de l'océan Indien, qui auront lieu du 19 au 28 juillet 2019 à l'île Maurice.

Ces Jeux des îles de l'océan Indien, dont ce sera la dixième édition, rassemblent des sportifs de diverses disciplines issus des Comores, des Maldives, de Madagascar, de Maurice, des Seychelles, et pour la France, des deux départements français de la région, à savoir de La Réunion et de Mayotte.

Événement sportif destiné à renforcer les liens d'amitié entre ces îles, ces Jeux deviennent l'otage d'enjeux politiques qui, par nature, les dépassent. Ainsi, les Comores, qui réclament toujours la souveraineté sur l'île de Mayotte, refusent que les athlètes mahorais défilent sous le drapeau national et chantent la Marseillaise.

Cette situation avait entraîné le départ de la délégation comorienne à l'issue de la cérémonie d'ouverture de la neuvième édition des Jeux des îles, qui se tenait à La Réunion. Et dans une volonté de conciliation, tout hymne et tout drapeau nationaux avaient fini par être interdits, décision injuste à laquelle elle s'était alors opposée en tant que présidente du conseil départemental de La Réunion.

Quatre ans après, le même scénario semble devoir se reproduire, puisque les athlètes mahorais seraient toujours privés d'hymne et de drapeaux nationaux, alors même que Mayotte est un département français.

Quels que soient les enjeux et les revendications politiques, la jeunesse de l'océan Indien ne peut pas être à nouveau privée de cet événement sportif international, qui, pour nombre d'athlètes, constitue la compétition de toute une carrière. Aussi elle lui demande quelles mesures seront mises en œuvre pour que le scénario, qui, il y a quatre ans à La Réunion, avait gâché cet événement, ne se reproduise pas à Maurice."

 

   

2 Commentaire(s)

SAID AHMED SAID ABDILLAH, Posté
Je comprends que Mme Dindar , Sénatrice de la Réunion , se pose la question de drapeau et de l'hymne au cours des jeux des îles de l'Océan Indien . Elle fait semblant d'oublier , pour être plus française , que Mayotte est une territoire comorienne sous administration française. Les pays de l'Océan Indien reconnaissent Mayotte , sauf bien sÃ"r , l'île de la Réunion , ancien colonie devenu département. La question ne devrait pas , Mme la Sénatrice , une question de drapeau et de l'Hymne française , qui n'ont pas leurs places à Mayotte mais du respect de l'Intégrité territoriale des Comores. Tant que la France occupe cette île Comorienne , les jeunes comoriens de Mayotte seront pris en otage , pas par l'Etat Comorien mais le mépris de ceux qui les administrent.
Mano, Posté
Otages....OÌ" désespoir....Trouvez un événement de quelque nature il soit.... régional, national, voire international....sans connotation politique....
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)