Tribune libre de Bachil Valy :

La Sodegis a fait l'objet d'un audit de l'Ancols rendu public le 1er août 2019


Publié / Actualisé
Il me paraît nécessaire de préciser qu'en qualité de Président sur une partie de la période contrôlée j'ai assumé les orientations générales décidées par les actionnaires représentés dans le conseil d'administration.
Il me paraît nécessaire de préciser qu'en qualité de Président sur une partie de la période contrôlée j'ai assumé les orientations générales décidées par les actionnaires représentés dans le conseil d'administration.

Dans le cadre de cette fonction, le rapport de l'Ancols met en avant la réussite sociale et patrimoniale de la Sodegis et notamment la mise en service de 165 logements sociaux par an sur la période 2012-2016.

J'ai toujours eu l'exigence singulière, et c'est celle qui me guide dans mon mandat d'élu de proximité : de tracer le chemin qui mène aux attentes et besoins des usagers, citoyens, administrés et contribuables.

Après avoir été Président-Directeur général, les actionnaires ont fait le choix, dès le 17 septembre 2009, de confier mandat social à un directeur général ayant tous pouvoir.

La rémunération du Directeur général a été fixée par le conseil d'administration.

Dans le cadre de son mandat social, celui-ci a assumé logiquement la présidence de la commission d'appel d'offres et a ainsi procédé à la signature de l'ensemble des actes de gestion de la Sodegis.

Je n'étais ni membre de la commission d'attribution des logements ni membre de la commission d'appel d'offres.

Il sera constaté que tout en regrettant une gouvernance sans "ligne d'action cohérente et partagée", le rapport ne met en cause ni mon honnêteté ni ma probité.

Les auditeurs rappellent bien au contraire que mes demandes d'audit financier (conseil d'administration du 22 novembre 2016) et de révision des rôles du président et du directeur général (conseil d'administration du 21 novembre 2014) ont été rejetées par le conseil d'administration.

Aussi, dès 2014, j'ai alerté sur les dysfonctionnements inhérents à la gouvernance de la Sodegis.

Dans un souci de transparence, je souhaite indiquer que le seul grief qui m'est fait par l'agence nationale est mon taux de présence.

Comme indiqué dans ma réponse au rapport provisoire, une confusion est opérée entre l'ensemble des réunions techniques (144 en 2016 soit 2 par jours) auxquelles je participais à titre exceptionnel, laissant la pleine direction au directeur général et aux services et les conseils d'administration que j'ai évidemment présidé.

J'ai toujours eu le souci dû aux responsabilités et à la confiance confiée par mes pairs, administrateurs de la Sodegis, lorsqu'ils m'ont porté à la présidence de cette structure.

Bachil Valy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !