Tribune libre de Jean-Yves Hoarau :

"Entre précarité et paupérisme, la Réunion en état d'alerte"


Publié / Actualisé
Oui la Réunion va mal et très mal, il faudrait un plan " Marshal social " de grande ampleur pour sortir la Réunion de l'impasse. Les chiffres de l'Insee confirment année après année que la moitié de la Réunion vit sous le seuil de pauvreté et que la grande majorité des travailleurs touche le SMIC et, à cela, s'ajoute le manque de logements sociaux.
Oui la Réunion va mal et très mal, il faudrait un plan " Marshal social " de grande ampleur pour sortir la Réunion de l'impasse. Les chiffres de l'Insee confirment année après année que la moitié de la Réunion vit sous le seuil de pauvreté et que la grande majorité des travailleurs touche le SMIC et, à cela, s'ajoute le manque de logements sociaux.

La solidarité familiale, bien connue ici, s’effrite et va augmenter encore plus les précarités qui s’accentuent de jour en jour. La population réunionnaise augmente, le travail diminue et la vie chère est une réalité. Alors comment résoudre cette équation ?

Dans ce contexte très difficile, les réformes ne passent pas.

La réforme des retraites va mettre plus de personnes en souffrance avec un départ à 64 ans et une capitalisation du système qui ne vas pas favoriser les contrats courts, les CDD, les intérimaires, les intermittents et les permittents. Les plus concernés seront les jeunes et les séniors.

La réforme de l’assurance chômage est une réforme pour relancer l’emploi en accord avec le patronat mais est contraire aux régions où l’emploi est rare comme à la Réunion. Cette loi va  défavoriser les jeunes, les séniors et les permittents en faisant augmenter les chiffres de la précarité et le passage du monde du travail au RSA.

Il y a aussi la réforme de la Fonction publique et de la Santé qui va générer un manque de réponse aux besoins réels de la population.

Ou sa nou sa va ? La Réunion ne sera-t-elle qu’un territoire social avec des aides de l’état ? Si tel est le projet sociétal et politique pour notre île, il faut le dire et se préparer à des grandes révoltes. La solidarité n’achète pas la paix sociale bien au contraire, elle mène à la révolution.

La CFTC demande la mise en place d’un plan Marshal Social qui se donne pour objectif sur 5 ans de rétablir l’égalité des chances entre l’hexagone et nous et de permettre aux jeunes de croire et d’accéder à une vie meilleure. La Réunion a besoin d’une attention particulière du gouvernement et il faut mettre en place un " grenelle social " comme en mai 1968 qui a débouché sur une augmentation de 25%  du SMIC.

Devant une situation de crise, il faut rassembler tous les acteurs et faire émerger des nouvelles idées sur la gouvernance sociale. Le livre bleu sur l’outre-mer, le grand débat national suite aux mouvements des gilets jaunes n’ont pas apporté de réponses aux problématiques sociales endémiques qui perdurent à la Réunion.

Oui, la grève reste aujourd’hui le seul moyen de dire NON à toutes ces réformes et ces lois scélérates qui cassent les acquis sociaux et qui détruisent l’espérance de toute une vie et de toute une génération.

La CFTC sera dans les combats à venir pour dénoncer cet état de fait et trouver des solutions adaptées à notre situation de détresses salariales et sociale.

Le Président de l'UR CFTC Réunion : Jean-Yves Hoarau
 

   

3 Commentaire(s)

Sissi974, Posté
Les Réunionnais y attend ça qui vient pas ! zot y pense que le gouvernement va aide les pauvres ! Quel espoir ? quand la marche de la misère est déjà enclenchée, la malbouffe et la maladie vient juste derrière, et ensuite ? où sa y lé l'évolution ? pas dans le bon sens en tout cas.
Luis tano, Posté
CFTC les premiers à signer n'importe quoi et après ils appelent a la grève pfffff aucune honte
Martine , Posté
Oui la réunion n'a trop pauvre y faut une révolution po mettre l'ordre