Tribune lobre du SARCP et du CRPMEM :

Réponse à la manifestation SAPPMA-RPA-ARIPA devant les TAAF


Publié / Actualisé
Hier matin 1er août 2019, un peu moins de 30 pêcheurs artisans étaient réunis devant la préfecture des TAAF à Saint Pierre pour réclamer l'augmentation du quota de légine alloué à la société Réunion Pêche Australe (RPA). Ce rassemblement visait aussi à demander que la pêche à la Légine profite à La Réunion et aux Réunionnais, ce qui est déjà le cas de longue date, par les 570 marins et salariés à terre ainsi que leurs familles réunionnaises que regroupent les membres du SARPC (Syndicat des Armements Réunionnais de Palangriers Congélateurs). (Photo : manifestation du 1er août)
Hier matin 1er août 2019, un peu moins de 30 pêcheurs artisans étaient réunis devant la préfecture des TAAF à Saint Pierre pour réclamer l'augmentation du quota de légine alloué à la société Réunion Pêche Australe (RPA). Ce rassemblement visait aussi à demander que la pêche à la Légine profite à La Réunion et aux Réunionnais, ce qui est déjà le cas de longue date, par les 570 marins et salariés à terre ainsi que leurs familles réunionnaises que regroupent les membres du SARPC (Syndicat des Armements Réunionnais de Palangriers Congélateurs). (Photo : manifestation du 1er août)

Il est tout d’abord important de rappeler que la société RPA avait obtenu en 2016, à titre d’essai, un quota de 100 tonnes de légine. Après avoir tenté de pêcher ce quota la première année, la société a volontairement renoncé à exploiter ce quota au cours des campagnes des deux années suivantes.

Pourtant M. Gérard Zitte, Président de l’Association Réunionnaise Interprofessionnelle de la Pêche et de l’Aquaculture (ARIPA) à l’initiative de ce rassemblement, a demandé publiquement que soit porté à 500 tonnes le quota de légine de la société RPA. Le Président de l’ARIPA a également mis en lumière une volonté qu’auraient certains pêcheurs de devenir matelots sur les navires de pêche australe, alors même que les armements réunionnais sont toujours à la recherche de main d’œuvre qualifiée pour compléter leurs équipages à la veille du lancement de la campagne 2019-2020.

Si la condition de " petit pêcheur " des adhérents de la SAPPMA est indéniable, la représentativité de leur message est néanmoins plus discutable. Il serait aujourd’hui complètement inexact de considérer que la SAPPMA porte à elle seule la voix des quelques 200 pêcheurs artisans réunionnais.

Le CRPMEM (Comité Régional des Pêches Maritimes et des Élevages Marins) de La Réunion,regrette ainsi l’instrumentalisation, par les actionnaires majoritaires de RPA, de ce groupe de pêcheurs artisans à qui 25 % des parts de RPA ont été proposées à dessein. En effet, ce sont bien le Groupe Réunimer et le Groupe Atlantis, usiniers de la pêche semi-industrielle, qui demeurent les véritables bénéficiaires de ce projet en se partageant 75 % du capital de RPA.

Les armateurs réunionnais réunis au sein du SARPC rappellent que le navire "Le Cancalais", cité hier matin comme un pilier historique et pionnier de la pêche australe réunionnaise, avait été armé par l'un de ses membres (premier bateau parti depuis La Réunion dans les mers australes en 1948). Symbole si l'en est de l'ancrage réunionnais depuis plus de 70 ans des acteurs réunionnais de la pêche australe.

Soucieux de préserver le calme nécessaire à une instruction sereine des dossiers selon les règles établies par l’État, le CRPMEM et le SARPC avaient décidé de garder volontairement une certaine réserve malgré les attaques et mensonges répétés de ces dernières semaines.

Cependant, face à un climat de division alimenté aujourd’hui par la société RPA et au choix d’un calendrier d’actions n’ayant rien d’anodin (à quelques jours de la décision définitive des TAAF), le SARPC et le CRPMEM ont décidé ce jour de prendre ensemble la parole afin de rassembler tous les segments de la pêche réunionnaise et de rappeler les liens vivants et vitaux, quasi séculaires, d’entraide qui continuent d’unir grande pêche et pêche artisanale.

Le SARPC (syndicat des armements réunionnais de palangriers congélateurs)
et le CRPMEM (comité régional des pêches maritimes et des élevages marins)

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !