Tribune libre de Marc Marie :

Monsieur Evin, votre loi si juste est de plus en plus menacée !


Publié / Actualisé
Des députés de la soi-disant République en Marche se dévoilent sans aucune honte et proposent rien moins qu'une belle reculade sous forme d'une proposition d'assouplissement de la loi Evin ! (Photo d'illustration de supporters rb/www.ipreunion.com)
Des députés de la soi-disant République en Marche se dévoilent sans aucune honte et proposent rien moins qu'une belle reculade sous forme d'une proposition d'assouplissement de la loi Evin ! (Photo d'illustration de supporters rb/www.ipreunion.com)

Bien entendu, ils n’ont pas inventé ça tous seuls… Il est évident qu’ils ne sont que les pantins du gouvernement, lui-même au service de l’oligarchie.

Ces dociles députés proposent donc un assouplissement de la loi EVIN qui, pour l’instant, interdit la vente des boissons alcoolisées dans les stades professionnels. Les clubs amateurs bénéficient, quant à eux, d’une dérogation qui leur permet de vendre de l’alcool 10 fois dans l’année…

Cette dérogation fâche beaucoup les présidents des clubs professionnels du monde du ballon rond. Et pour cause ! Dans un stade où, en moyenne, plus de 15 000 personnes gesticulent et vocifèrent, un sérieux pactole est en train de leur passer sous le nez. Et ils entendent bien tout faire pour mettre la main dessus car chaque aficionado consommerait en moyenne 3 ou 4 bières par match. On comprend donc la colère de ces bons gestionnaires. Bien entendu, l’intérêt et la santé de nos concitoyens, on s’en fiche ! Le jackpot passe avant la santé, l’ordre public et le bien des familles ! 

Comme à l’accoutumée, tout cela sera discuté (et adopté, n’en doutons pas) à l’Assemblée pendant nos vacances. Oui, quand on a le dos tourné, c’est toujours plus facile. Il y a moins de râleurs qui pourraient se rendre compte qu’on nous abuse et qui pourraient essayer de leur mettre des bâtons dans les roues.

Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Dans ces  confrontations sportives  populaires, l’association alcool et adrénaline débouche invariablement sur de la violence. Les Anglais en ont fait les frais pendant de nombreuses années et ont dû recourir à des mesures drastiques pour éradiquer les hooligans, de ficheurs de pagaille et empêcheurs de s’amuser en rond qui, en bon petits Atila, détruisaient tout sur leur passage. 

Messieurs les députés de LERM, François CORNIER BOULIGEON, Cedrick ROUSSEL et Belkir BELHADAD (car il est important de vous nommer : il faut que tout le monde sache qui se prête à cette mascarade), vous êtes, comme toujours et selon les instructions que vous avez reçues, à côté de la plaque ! 

Sur France bleu, vous avez l’aplomb de prétendre que " votre " proposition d’amendement de loi vise à faire de la France " une nation sportive "… Nous peinons à comprendre comment pousser les fans de foot à consommer de l’alcool en fera de véritables sportifs…  N’existe-t-il pas, dans notre pays, d’autres moyens de financer notre mouvement sportif ? Pauvre France, pauvre, pauvre  République en Marche  Arrière !

Quelques chiffres pour bien comprendre

Les budgets publicitaires pour l’alcool sont 130 fois supérieurs à celui consacré à la prévention de l’alcoolisme En augmentant de budget de seulement 1%, on sait que les ventes progressent de 2 %.  Ce n’est pas demain qu’ils cesseront ! Jamais nous ne pourrons lutter efficacement contre ce fléau que représente la vente de l’alcool … La santé de nos concitoyens ne sera jamais une priorité : les lobbys des alcooliers, au service de la finance, s’en assureront.

Comme le soulignait L’excellent journaliste Jean Michel BOUGUERREAU, " Face au fléau de l’alcoolisme, céder aux lobbys de l’alcool, ce n’est plus une faiblesse électorale, mais une faute morale".

Merci aux trois larrons cités plus haut et à tous ceux qui voterons honteusement le texte d’amendement de méditer, si tant est qu’ils en soient capables…

Marc MARIE, de plus en plus dépité, et pour cause !…

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !