Tribune libre du député Jean-Hugues Ratenon :

Visites ministérielles : que du vent, NON au déjeuner républicain!


Publié / Actualisé
La Secrétaire d'Etat en charge des personnes âgées et le Ministre de l'Education Nationale sont en visite dans l'île cette semaine. Une fois de plus : c'est du gaspillage d'argent public et de l'hypocrisie : nous n'avons rien à attendre de ces 2 personnages. Ils viennent faire la belle et le beau alors que les suppressions de postes dans l'Education Nationale n'ont jamais été aussi importantes : quelle éducation pour nos enfants ? Avec quels moyens ?
La Secrétaire d'Etat en charge des personnes âgées et le Ministre de l'Education Nationale sont en visite dans l'île cette semaine. Une fois de plus : c'est du gaspillage d'argent public et de l'hypocrisie : nous n'avons rien à attendre de ces 2 personnages. Ils viennent faire la belle et le beau alors que les suppressions de postes dans l'Education Nationale n'ont jamais été aussi importantes : quelle éducation pour nos enfants ? Avec quels moyens ?

Les mutations de nos profs engendrent des drames familiaux et le Ministre Blanquer n’apporte toujours aucune réponse. Dernier exemple dans l’actualité : cette enseignante du Sud mutée à Orléans-Tours l’obligeant à abandonner son conjoint handicapé !!

Pourtant les 2 académies : Réunion et Orléans-Tours ont donné un avis favorable pour le maintien de cette professeure à la Réunion mais c’est le ministère de Blanquer qui a refusé.

L’orientation professionnelle de nos jeunes bâclée avec parcoursup : des vœux refusés, pas de place à la Réunion, longue liste d’attente, stress, angoisse, tout ça en pleine session du bac. Ce gouvernement n’a rien à faire de l’avenir de la jeunesse.

Le manque d’accompagnants pour encadrer, suivre des élèves porteurs de handicap, le manque de place…la loi Elan, véritable régression sociale, avec la fin des 100% de logements neufs accessibles aux personnes handicapées et l’introduction d’un petit quota de 10% de logements réservé à ce public, sont encore des mesures anti sociales de ce gouvernement.

Les langues régionales, le créole en l’occurrence, toujours pas acceptées. Dernier incident : des représentants d’enseignants et de parents d’élève se sont vus refuser le droit de s’exprimer en créole lors du Conseil Académique des langues régionales le 05 juillet dernier.

C’est un scandale au regard des orientations données par les textes de loi et les instances nationales au plus haut niveau concernant la prise en compte d’une réalité bilingue dans notre société.

En novembre 2017 : sur ma proposition, l’Assemblée Nationale a adopté à l’unanimité un amendement demandant au gouvernement de remettre au Parlement dans un délai de 3 mois un rapport d’information " sur le cout et les économies qu’induirait un soutien renforcé à l’enseignement des langues et cultures d’Outre Mer pour ceux qui en font la demande et la mise en valeur de la diversité des patrimoines culturels et linguistiques ". 

2 ans sont bientôt passés et toujours pas l’ombre d’un début de commencement d’écriture de ce rapport, alors que la reconnaissance de la langue créole peut être un bon moyen pour lutter contre l’illettrisme.

Ces quelques faits sur lesquels j’ai interpellé le Gouvernement en hémicycle et en commissions n’ont jamais été pris en compte. 

Pour toutes ces raisons : je ne participerai à aucune séquence de ces visites ministérielles et encore moins au déjeuner républicain qui n’est ni plus ni moins qu’un déjeuner entre les gens du monde d’en haut qui boivent  et c’est les gens d’en bas qui  trinquent.

Jean Hugues Ratenon, député de la Réunion
 

   

2 Commentaire(s)

Lol, Posté
M. RATENON qu'avez vous apporter aux Réunionnais depuis que vous êtes élus nada, rien, juste faire du buzz
Hardcore, Posté
Il ne faut pas oublier de crier haut et fort que l'écrasante majorité des créoles sont issus d'un deracinage. Rien à voir avec ce qui a pu se passer en métropole, l'esclavagisme est un crime contre l'humanité qui n'a jamais été réparé. Après les révoltes et les révolutions, les serfs, les paysans, le peuple s'est petit à petit réapproprié les terres et les moyens de production en métropole. Ici, les moyens de productions sont restés dans les mains d'un petit nombre, et les terres sont en train d'être accaparée par ces memes personnes. Il est urgent de reconnaitre l'identité réunionnaise d'aujourd'hui afin que les revendications pour construire l'avenir de la réunion puissent être entendues.