Tribune libre du député Jean-Hugues Ratenon :

Danger pour le développement économique de l'Est


Publié / Actualisé
Le projet de " géographie revisitée " de la Direction générales des finances publiques est un désengagement sans précédent de ses missions de services publics. Ce projet signerait la disparition pure et simple de 1660 trésoreries sur les 2458 avant 2022 sur le plan national. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le projet de " géographie revisitée " de la Direction générales des finances publiques est un désengagement sans précédent de ses missions de services publics. Ce projet signerait la disparition pure et simple de 1660 trésoreries sur les 2458 avant 2022 sur le plan national. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

En ce qui concerne la Réunion, le projet de restructuration de la Direction Régionale des finances publiques prévoit la fermeture de 8 trésoreries sur 13 et la fermeture également du Service des Impôts des Entreprises (SIE) de St Benoit.

Ce service couvre les communes de Ste Rose, de St Benoit, de la Plaine des Palmistes, de Bras Panon, de Salazie et de St-André. 12000 professionnels, dont un grand nombre d’agriculteurs et de TPE, sont concernés et devront se déplacer à St Denis pour effectuer leurs démarches fiscales.

Le centre de St Denis va connaitre un afflux important de personnes, une concentration des demandes. Des difficultés supplémentaires voire insurmontables pour ces chefs d’entreprises. Le centre de St Denis va se transformer une véritable usine à liquider.

Une double peine inacceptable pour l’Est.                                                                                                                                 

La région Est étant la plus défavorisée économiquement parlant, le tissu fiscal des entreprises est essentiellement composé de TPE, ce qui nécessite des services de proximité à visage humain afin de pouvoir décrypter une fiscalité très complexe pour toutes ces petites entreprises. Une délocalisation qui ne touche que l’Est. Pourquoi ce choix ?

La fermeture du SIE (Service des Impôts des Entreprises) ne peut que nuire à l’image, à l’attractivité et à l’implantation des entreprises dans l’Est, du fait de la désertification des services publics dans ce territoire aggravant ainsi une situation déjà sinistrée.

Par ailleurs, la Direction Régionale des Finances Publiques prévoit de demander aux mairies d’assurer l’accueil du public. Quelles compétences disposent ces agents pour apporter des conseils aux contribuables sur ces sujets très complexes ? Il n’y aura plus de contrôle du comptable. N’y a-t-il pas un risque politique et financier ? Et qui nous dit que ces sous services vont persister dans le temps, sachant que la dotation des collectivités par l’Etat ne permettra pas de donner les moyens suffisants.  

Macron c’est la dématérialisation à outrance sans prendre en compte les difficultés des territoires. Un projet qui va entrainer des pertes d’emplois directs et indirects. Je m’élève contre ce projet, élaboré sans concertation ni avec les élus ni avec les syndicats, et me déclare solidaire, d’ores et déjà, avec les actions que vont entreprendre les syndicats, comme le débat public de ce mardi 27 août auquel je participe.

Il y a urgence : J’appelle tous les élus de la Réunion et de manière plus spécifique concernant le SIE j’appelle les chefs d’entreprises, les agriculteurs, les maires de l’Est ainsi que le Président de la CIREST, à se mobiliser le plus rapidement possible pour sauver nos services publics, nos services de proximité.

Je serai personnellement mobilisé sur ce dossier. Car lutter contre le sous-développement de l’Est c’est globalement lutter contre la pauvreté sur ce territoire déjà le plus frappé de la Réunion. Ma question est claire : qui veut la mort économique de l’Est ?

Jean Hugues Ratenon
Député de la Réunion
 

   

1 Commentaire(s)

Bruno Martin, Posté
On peut constater ici que monsieur Ratenon n'a pas étudié son sujet, prétendre que les communes ne pourront financer ces nouveaux services alors que cela a été budgété par l'état ne fait que démontré mon propos.
Les communes vont devenir un acteur majeur des services administratifs en permettant aux usagers de trouver en un seul lieu tous les services dont ils auront besoin sans faire des allés retour inutile.C'est donc bien un progrès qui sera apporté au public. Bientôt monsieur Ratenon va demander l'interdiction des robinets pour créer des emplois de porteurs d'eau !