Courrier des lecteurs d'Ophélie :

Ce professionnel de la psychiatrie aux qualités particulières


Publié / Actualisé
Après les divers discours aussi poignants les uns que les autres, de Gérald Incana Président du Conseil de surveillance de l'EPSMR, de M. Laurent Bien Directeur Général du CHOR/EPSMR et de M. Willy Govindama Secrétaire Général du public de la CFDT, clôturé par l'allocution prononcée ci-dessous par la pédopsychiatre dont sa lumière vous éclairera encore plus du chemin parcouru de ce p'tit garçon des quatre robinets qui couronne au crépuscule d'une carrière professionnelle riche et longue...
Après les divers discours aussi poignants les uns que les autres, de Gérald Incana Président du Conseil de surveillance de l'EPSMR, de M. Laurent Bien Directeur Général du CHOR/EPSMR et de M. Willy Govindama Secrétaire Général du public de la CFDT, clôturé par l'allocution prononcée ci-dessous par la pédopsychiatre dont sa lumière vous éclairera encore plus du chemin parcouru de ce p'tit garçon des quatre robinets qui couronne au crépuscule d'une carrière professionnelle riche et longue...

Il est des départs pas comme les autres…
Il est des collègues qui vous touchent particulièrement, des collègues pour qui  le départ en retraite sonnait comme une option à laquelle on ne croyait pas vraiment…pourtant ce jour est arrivé…
 
Dans l’existence tout à une fin même le meilleur. Mais la fin n’est pas véritablement une fin, puisqu’elle est le début d’une autre aventure…

C’est donc avec une émotion certaine que nous te disons au revoir aujourd’hui.                                

Emus de dire au revoir à un homme dont le parcours hors norme reste un modèle pour nous tous.    

Emus de voir le chemin parcouru par ce petit garçon du quartier les Quatre Robinets, en passant par Stella Matutina puis l’Hôpital….Tu fais parti de ces gens qui rebondissent, que rien n’arrête…surtout pas une fermeture d’usine! J’aurais pu vous raconter le parcours incroyable mais vrai de Jean Claude, ce parcours que l’on connait tous, mais nous y serions encore ce soir et il a déjà un livre sur le sujet…

Emus aussi de voir partir un homme engagé dans les soins, qui a su pendant toutes ces années en pédopsychiatrie entourer d’enfants d’une douceur bienveillante mais cadrante…La formule magique qui opère dans les soins : une douce fermeté, ou une ferme douceur, un sublime mélange qui guide les enfants, les rassure et leur permet de grandir.

Emus de voir partir un collègue dont l’énergie et la remise en question permanente nous ont permis d’avancer, d’inventer de nouveaux ateliers, de nouveaux séjours thérapeutiques  avec les enfants de la pédopsychiatrie de l’hôpital de jour….Il en fallait de l’ambition et de la confiance pour imaginer des séjours à l’Île Maurice, et même au ski, en Bretagne, à Eurodisney ! Combien d’étoiles as-tu allumé dans les yeux de ces enfants qui n’avaient jamais quitté l’Île ? Au fond, je crois qu’un de tes premiers combats dans le champ de la santé mentale chez les enfants a été de faire changer le regard des autres sur eux, les déstigmatiser pour qu’ils puissent changer le regard qu’ils portent sur eux-mêmes, ne plus sentir exclus de cette société qui parfois les regarde de travers…

Emus de voir partir un papa, un tonton, un frère auprès de qui on peut se plaindre des bobos de travail et de sentir entendus soutenus en retour.

Jean Claude, nous avons apprécié ton esprit d’équipe, ton altruisme et ton respect de chaque professionnel.

Tes qualités professionnelles et humaines font de toi une belle personne, tu nous manqueras.

A l’heure de ton départ que ton cœur soit léger et plein d’espérance. Ton expérience parmi nous nous est une belle réussite dont tu peux être très fier.

Je ne doute pas de tes ressources et te connaissant, les années à venir sont pleines de projets. Profite de cette douce liberté que t’offre la retraite, profite de celles et ceux que tu aimes et entoure-les de ta bienveillance et de ta présence rassurante dont les enfants hospitalisés et tes collègues ont bien profité.

Travailler avec toi Jean Claude a été pour nous un beau cadeau pour lequel nous te remercions.

Pour finir, je te souhaite une " buena jubilacion " comme disent nos amis espagnols, parce que jubilation c’est un mot bien plus joyeux que " retraite ".

Ophélie Siwek
Pédopsychiatre.

   

1 Commentaire(s)

Pascale, Posté
C est un discours qui souligne à la perfection notre ressenti.
Je partage chaque avec un ? rempli d émotions
Bravo Ophelie tu as su dire combien Jean Claude est une personne aux qualités humaines et professionnelles exemplaires. Je savais que tu allais lui faire hommage digne de ce nom. Jean Claude ne l oubliera jamais.