Tribune libre de Yannis Lebon :

Le Tampon : de l'asphyxie circulatoire au développement durable


Publié / Actualisé
Six mois avant les élections municipales de mars 2020, les projets dans tous les domaines fleurissent à grand coups de médiatisation. Sous le slogan " Facilitez tous vos déplacements " la CA Sud lance du 8 juillet au 2 septembre 2019 la concertation " VOIEXPRESS du Tampon ". Le Département de la Réunion lance le projet d'aménagement de la route des 400. La Route des géraniums et ses variantes par Bérive ou par Bras de Pontho proposées par le Conseil Régional ont été fermement condamnées par la population du fait de son absurdité.
Six mois avant les élections municipales de mars 2020, les projets dans tous les domaines fleurissent à grand coups de médiatisation. Sous le slogan " Facilitez tous vos déplacements " la CA Sud lance du 8 juillet au 2 septembre 2019 la concertation " VOIEXPRESS du Tampon ". Le Département de la Réunion lance le projet d'aménagement de la route des 400. La Route des géraniums et ses variantes par Bérive ou par Bras de Pontho proposées par le Conseil Régional ont été fermement condamnées par la population du fait de son absurdité.

Lors de la concertation publique, j’ai déclaré que cette Route des Géraniums n’a pas été conçue pour les Tamponnais. Aucune solution n’était apportée aux 55.000 véhicules/jour qui se présentent à la Tour des Azalées. Cette route n’était pas en adéquation avec le PLU adopté par le conseil municipal qui prévoit une densification de l’urbanisation au Centre-Ville du Tampon.

Je proposais alors la suppression totale des radiers sur la route des 400 de la Pointe au chemin Stéphane comme solution d’urgence.

Je ne reviendrai ni sur les projets inaboutis de la " Contournante Est " - par La Pointe -et encore moins sur le prolongement de l’Avenue du Général de Gaule de la majorité  sortante.

Le constat est amer. Le Tampon reste encore une des rares villes traversée par une nationale de part et d’autre. Une ville asphyxiée qui perd en attractivité après des décennies de développement non réfléchi de son urbanisation et de projets routiers définitivement restés dans les cartons.

Les Tamponnais peuvent-ils encore attendre 20 ans et vivre au rythme des serpents de mer qui sortent uniquement à la veille de chaque élection ?

D’après le dossier de concertation, la route des 400 ne verrait le jour qu’à l’horizon 2040, alors que La " VOIEXPRESS du Tampon " ex-Rocade qui date des années 80 reste à l’état d’étude.

Quelles solutions? Une remise en cause de la circulation en interne au territoire communal ? Une gestion des déplacements au niveau du bassin sud avec des transports publics densifiés et optimisés incluant des nouveaux modes de déplacements écologiques.

Yannis LEBON
Candidat aux élections Municipales et Communautaires 2020

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    Un tamponnnais, Posté
    Article ure ment politicien. Qui a critiqué sans rien proposer le projet de contournante sur tampon? A la relecture de cet article il n'y a toujours pas de proposition. Ce n'est que de l'esbroufe. On brasse de l'air on jette quelque paillettes en espèrent piéger l'électeur enfermé dans un quotidien difficile.
    Filipe, Posté
    Déjà si on arrête de gaspiller l'argent public dans des études qui n'aboutissent pas... Tak a déjà proposé tyrolienne sur le lotissement des topazes, grand parking berk à bois court, rocades partout et une mairie neuve à 60 millions comme su c t la priorité ! tout ça pour zéro et avec des etudes par millions dépensés. Mr lebon sauv a nou!