Adressé aussi à Bruno Le Maire, le ministre de l'économie :

Riz non conforme : le courrier de Jean Hugues Ratenon à Agnès Buzyn, la ministre de la santé


Publié / Actualisé
Le principal producteur de riz à la Réunion, Soboriz, a accusé ce mardi 05 novembre les enseignes de la grande distribution de vendre du riz basmati qui n'en serait pas et qui serait dangereux. Importé exclusivement de l'Inde et du Pakistan, le riz doit être blanchi, subir une série de contrôles sanitaires avant d'être mis sur le marché par ce producteur local. Ce qui représente des coûts supplémentaires que n'ont pas ses concurrents.
Le principal producteur de riz à la Réunion, Soboriz, a accusé ce mardi 05 novembre les enseignes de la grande distribution de vendre du riz basmati qui n'en serait pas et qui serait dangereux. Importé exclusivement de l'Inde et du Pakistan, le riz doit être blanchi, subir une série de contrôles sanitaires avant d'être mis sur le marché par ce producteur local. Ce qui représente des coûts supplémentaires que n'ont pas ses concurrents.

Ce producteur a fait étudier 19 lots d’importations dans des laboratoires indépendants en Allemagne et à l’ile Maurice sur 3 critères, d’après les médias: l’ADN, les pesticides et les aflatoxines. Sur ces 19 lots : 15 étaient non conformes à l’ADN ; 15 présentaient un taux de pesticide supérieur à la normale ; et 5 étaient hors la loi en matière de teneur d’aflatoxine (toxine libérée par un champignon potentiellement cancérigène).                                                                                  

Selon le Directeur de Soboriz, depuis 2 ans il a alerté la DIECCTE sur ce grave problème et il a fallu qu’il médiatise l’affaire pour que les services de l’Etat confirment hier (mardi), sur sollicitations des médias, que 36% de riz basmati sont non conformes ! Un délai relativement long expliqué par l’absence d’instrument d’analyse à l’époque, selon les responsables de la DIECCTE.

Quand on sait qu’un Réunionnais consomme presque tous les jours du riz, quelles conséquences cela a-t-il sur la santé? Les Réunionnais ont-ils développé des maladies suite à la consommation de ce riz non-conforme ? Depuis combien de temps durent ces pratiques d’importation sans contrôle ? D’autres produits sont-ils concernés ?

Il est inadmissible, scandaleux que ces grandes surfaces non seulement se remplissent les poches dans un département où le taux de pauvreté est de 40%, mais mettent peut-être aussi en péril sans scrupule la vie des consommateurs en toute illégalité.

Il revient aux services de l’Etat de réagir très rapidement, de sanctionner lourdement ces pratiques honteuses et d’assainir la vente des produits de consommation, de surcroit de première nécessité.

Ainsi, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, je souhaiterais que vous donniez des instructions et des moyens à des organismes publics et indépendants pour que des analyses plus poussées soient effectuées sur le riz importé mais aussi sur tous les autres produits importés. A mon sens, il convient donc que vous exigiez :  

- Que le Préfet prenne la décision de faire retirer les produits concernés de la vente, en application du principe de précaution.                                                                                                                                   

- Une enquête de l’IGAS sur les conséquences sanitaires et de santé publique qu’a pu avoir sur la population réunionnaise la consommation de ce riz " non conforme " et évaluer le nombre de victimes.                                                                                                                                                                                  

- Une enquête de la DGCCRF sur ces potentielles pratiques commerciales mensongères et délibérément dangereuses et concurrence déloyale.                                                                                                  

- L’ouverture d’une information judiciaire, notamment pour mise en danger volontaire de la vie d’autrui. (Pour mille fois moins que cela, de simples citoyens sont arrêtés, placés en garde à vue, jugés et parfois sévèrement condamnés.)

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, en l’expression de ma considération républicaine.                                                                

   

2 Commentaire(s)

Mano, Posté
Tant qu'il y a du grain à moudre....
Pauvredenous, Posté
Et en plus les collectivites et l'Etat i veu ouvre en gran la porte de la collaboration avec l'Inde....et Cie.... dan zot pays lé pa capab reduire la pauvreté la famine l insalubrité les viols..... et i veu grapille dan not zone....Kan nou va réagi ?