Tribune libre de Nadia Ramassamy :

La députée demande au gouvernement d'accorder la personnalité juridique aux écosystèmes hexagonaux et ultramarins


Publié / Actualisé
L'Assemblée nationale examinera, ce jeudi 5 décembre, une proposition de loi visant à la reconnaissance du crime d'écocide dans le droit français. Face aux marées noires qui polluent à jamais nos littoraux, face au braconnage d'espèces protégées qui réduisent à néant la faune de notre pays et face à la pollution de nos rivières par l'utilisation de produits toxiques, citoyenne et députée, je ne peux laisser la cupidité et le cynisme des hommes tuer la nature.
L'Assemblée nationale examinera, ce jeudi 5 décembre, une proposition de loi visant à la reconnaissance du crime d'écocide dans le droit français. Face aux marées noires qui polluent à jamais nos littoraux, face au braconnage d'espèces protégées qui réduisent à néant la faune de notre pays et face à la pollution de nos rivières par l'utilisation de produits toxiques, citoyenne et députée, je ne peux laisser la cupidité et le cynisme des hommes tuer la nature.

Si, l’arsenal juridique de la France prévoit déjà des peines pour ceux qui causent des dommages à l’environnement, notre pays doit poursuivre dans le chemin qu’il trace depuis la COP 21 de 2015 en créant le crime d’écocide dans son droit et en accordant le statut de personnalité juridique à ses écosystèmes, comme l’a déjà fait l’Inde et la Nouvelle-Zélande.

Ainsi, j’ai déposé un amendement visant à définir l’écocide comme tout dommage à l’environnement et aux populations présentes et futures, étendu sur plusieurs centaines de kilomètres carrés, durable sur plusieurs mois et grave car causant des dégâts significatifs, irréversibles et irréparables à la vie humaine et aux ressources naturelles et économiques, commis délibérément et en connaissance de cause.

Aussi, Députée de La Réunion et Présidente de l’Intergroupe parlementaire des Outre-mer, j’ai déposé un amendement visant à accorder la personnalité juridique aux écosystèmes ultramarins. Concentrant 80% de la biodiversité française, 97% de l’espace maritime français et 80% des espèces endémique de notre pays, les écosystèmes ultramarins représentent une richesse inestimable à préserver et à protéger.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !