Lettre ouverte de Jean-Claude Comorassamy aux candidat(e)s municipales du Territoire Ouest : :

Ne faudrait-il pas bâtir une politique sociale d'intérêt communautaire pour le Territoire Ouest ?


Publié / Actualisé
Pour mémoire, Paul Vergès a consacré sa vie entière par le biais de stratégies d'anticipation, et il a été un " visionnaire " incontesté dans bien des domaines. D'ailleurs, même ses opposants l'ont reconnu, mais qu'après sa mort. C'est ainsi, qu'il a été le premier maire à créer le premier établissement public de coopération intercommunale, c'était en octobre 1983. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Pour mémoire, Paul Vergès a consacré sa vie entière par le biais de stratégies d'anticipation, et il a été un " visionnaire " incontesté dans bien des domaines. D'ailleurs, même ses opposants l'ont reconnu, mais qu'après sa mort. C'est ainsi, qu'il a été le premier maire à créer le premier établissement public de coopération intercommunale, c'était en octobre 1983. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

L’idée de se regrouper en vue de poursuivre une mission d’intérêt général a fait son chemin depuis. Puisque six communes d’audience communistes de l’époque, Sainte-Suzanne avec Lucet Langenier, la Possession Roland Robert, le Port Paul Vergès, Saint-Leu Mario Hoarau, Saint-Louis Claude Hoarau et de Saint-Pierre Elie Hoarau ayant adhérées à la création d’un syndicat à vocation multiple, et visiblement par la suite, ce concept s’est étendu aux quatre coins du Département.

A ce moment précis de 1983, l’intercommunalité s’appelait  Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple de La Réunion (SIVOMR). C’est ainsi que Paul Vergès a su à l’époque impulser ce concept, de regrouper les communes, qui générant sa propre fiscalité et  s’orientant vers des compétences spécifiques. Surtout avec une volonté commune de mutualiser les moyens lors de sa mise en œuvre et d’encourager l’esprit de solidarité en rassemblant les acteurs au nouveau Syndicat. Bien que cette idée fût innovante, elle a provoqué à l’époque de vives critiques et d’oppositions.

Par la suite, les nouvelles donnes politiques, faisant que le SIVOMR à évoluer en Communauté de Communes de la Côte Ouest (CCCO) en 1996, puis en Territoire Côte Ouest (TCO) depuis le 31 décembre 2001. Ceci, conformément au nouveau statut de communauté d’agglomération et à une continuité géographique. Mais surtout à un vrai bassin de vie de l’Ouest, dont le territoire englobe désormais les 5 Communes du Port, Possession, Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu pour une population totale de 214 693 habitants (source INSEE).

Presque 40 ans plus tard, vu la conjoncture actuelle, il semble qu’aujourd’hui la mise en œuvre d’un Centre Intercommunal d'Action Sociale (CIAS) constitue une pertinence nécessaire pour le Territoire Ouest dont la commune St-Leu fait partie. Afin de développer ou d’améliorer leur politique d’action sociale. Bien sûr, le CIAS ne conduit pas aux suppressions des CCAS (Centres Communaux d'Action Sociale).

D’ailleurs, le CIAS de la CIVIS des communes sudistes datant de 15 ans, peut être est un modèle dans le champ d’exclusion, d’insertion, d’intégration, d’accompagnement des personnes âgées, des personnes en situation d’handicap…etc.

Dans cette démarche, la création d’un CIAS sur le territoire Ouest doit être nourrie par les maires du TCO et aussi par le Département dans un cadre d’une contractualisation financière. Ce qui peut permettre de concrétiser avec efficacité les politiques de solidarité départementale et communale à l'échelle du territoire Ouest.

A l’image, des défis et autres enjeux auxquels l’action sociale est aujourd’hui confrontée, avec un vieillissement sans précédent de la population avec des besoins nouveaux, à la pauvreté, l’exclusion…  Cette campagne électorale peut et doit-être un lieu de débat, d’échange, de construction de projet, de proposition…

Alors, faut-il encore que cette photographie nouvelle, invite tout(e)s les candidat(e)s aux élections municipales de l’Ouest à se prononcer sur le bien fondé ou pas d’un CIAS sur ce Territoire Ouest ! Ce serait quand même bon que la politique sociale d’intérêt communautaire puisse faire l’objet d’un débat lors de ces élections municipales 2020 !

Jean Claude Comorassamy
Travailleur social retraité

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !