Tribune libre du réseau KOLET' et de l'USEP-SV :

Élections municipales 2020 : KOLET' et l'USEP-SV appellent à la mobilisation en faveur de la culture à La Réunion


Publié / Actualisé
Les opérateurs culturels que nous représentons, notamment au sein du réseau socio- professionnel KOLET' mais également dans les structures (plateformes, collectifs, compagnies, syndicats...), sont engagés quotidiennement dans leurs villes, au plus près des habitants. Ils sont les garants et les indispensables courroies de transmission et de démocratisation de notre patrimoine commun et de la création. Grâce à cette mission artistique de service public, ils contribuent également, et de manière essentielle, à l'attractivité, au dynamisme économique et au rayonnement de leur territoire. (Photo d'illustration manifestation des acteurs de la culture mm/www.ipreunion.com)
Les opérateurs culturels que nous représentons, notamment au sein du réseau socio- professionnel KOLET' mais également dans les structures (plateformes, collectifs, compagnies, syndicats...), sont engagés quotidiennement dans leurs villes, au plus près des habitants. Ils sont les garants et les indispensables courroies de transmission et de démocratisation de notre patrimoine commun et de la création. Grâce à cette mission artistique de service public, ils contribuent également, et de manière essentielle, à l'attractivité, au dynamisme économique et au rayonnement de leur territoire. (Photo d'illustration manifestation des acteurs de la culture mm/www.ipreunion.com)

La campagne des élections municipales est une occasion importante d'interpeller les mandatures sortantes, et de sensibiliser amplement celles et ceux qui entendent exercer le mandat de maire, à fortiori après les décisions budgétaires récentes. Si la culture pose des questions fondamentales, elle propose également des éléments de réponse, sur le moyen et le long terme dont il est de la responsabilité pour les futur.e.s élu.e.s de s’emparer.

La question des moyens mobilisés en faveur des politiques culturelles est évidemment déterminante. Les principes de liberté de création, de programmation, de diffusion, dans le cadre légal, se doivent d'être respectés ; les labels nationaux et les scènes publiques pérennisées, les équipes artistiques implantées plus fortement dans les territoires.

La question de la transmission culturelle, à laquelle les opérateurs culturels travaillent quotidiennement, doit être l’objet d'une attention particulière : elle peut être une chance pour le lien social si elle n’est pas déconnectée des artistes engagés dans les processus de création et qu’elle vient compléter.

Le coeur de métier des opérateurs culturels est de rencontrer les habitants, de leur faire constamment partager les œuvres qu’ils créent avec l’espoir de nourrir et d’alimenter une vision du monde, de faire société et culture communes.

Nous proposons dès à présent aux candidat.e.s aux élections municipales de les rencontrer et partager avec eux ces questions fondamentales afin de prendre connaissance et de pouvoir envisager, en tant que professionnels et citoyens, les grandes directions des politiques culturelles locales proposées.

Nous leur demandons enfin de s’engager en faveur d’une politique culturelle ambitieuse qui fonde l’espoir et l’avenir de notre République, autour de 10 questions (élaborées par l’USEP-SV - Union syndicale des employeurs du secteur public du spectacle vivant) :

1) La culture fait-elle partie des priorités de votre programme ?
2) Si vous êtes élu.e.s aux élections municipales, avez-vous l’ambition de renforcer l’effort budgétaire en faveur de la culture, par rapport à la mandature précédente ?
3) Si vous êtes élu.e.s aux élections municipales, quelles seraient les priorités de votre programme culturel ?
4) En cas d’effort budgétaire en faveur de la culture, sur quels axes principaux ou nouveaux souhaiteriez-vous agir ? Précisez svp.
5) Avez-vous connaissance des droits culturels (inclus dans la Loi NOTRe de 2015) et de la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP) de juillet 2016 qui garantit les principes de liberté de programmation, de création, de diffusion des opérateurs culturels ?
6) Si la commune dans laquelle vous vous présentez accueille un label national ou une compagnie conventionnée, êtes-vous prêt.e à vous engager pour en garantir la pérennité et à en respecter le cahier des charges et de missions ?
7) Pensez-vous que l’art et la culture puissent apporter des éléments de réponses aux urgences sociales ? Si oui, quelles seraient les principales lignes de force applicables à mettre en œuvre sous votre mandature ?
8) Seriez-vous prêt.e à accompagner plus fortement l’implantation des équipes artistiques sur le territoire dans le cadre de votre projet politique ?
9) Êtes-vous prêt.e.s à encourager et à renforcer les actions d’éducation artistique et culturelle et les actions culturelles en veillant à ce qu’elles ne soient pas déconnectées des processus de créations et à en protéger les contenus pensés en complémentarité des programmations ?
10) Percevez-vous également l’opportunité pour votre territoire de l’ancrage territorial fort des structures culturelles, notamment du point de vue de son rayonnement et de son dynamisme économique ?

Le réseau KOLET’ reste à la disposition des candidat.e.s pour étudier ensemble ces questions et souhaite affirmer la volonté du secteur professionnel de l'art et de la culture de co-construire les politiques culturelles de demain avec chaque maire de l’île.

Réseau KOLET'

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !