Courrier des lecteurs de Jean-Claude Comorassamy :

Et si nous changions notre vision de la santé mentale !


Publié / Actualisé
Chaque année, maisons des usagers, familles, usagers, associations, professionnels, hôpitaux psychiatriques et partenaires organisent de nombreuses manifestations dans le cadre national mais aussi à la Réunion, des Semaines d'Information sur la Santé Mentale (SISM) qui s'adressent au grand public en ce mois de mars.
Chaque année, maisons des usagers, familles, usagers, associations, professionnels, hôpitaux psychiatriques et partenaires organisent de nombreuses manifestations dans le cadre national mais aussi à la Réunion, des Semaines d'Information sur la Santé Mentale (SISM) qui s'adressent au grand public en ce mois de mars.

Avec pour thème cette année "Santé mentale et discrimination". Cette 31ème édition 2020 sera l'occasion d'échanger autour de l'impact des discriminations sur la santé mentale des personnes concernées par des troubles psychiques, confrontées de manière plus en plus importante aux discriminations.
 
Cette année encore des nombreuses idées et d’actions seront proposées dont l’objet premier, la promotion de la santé mentale dans le but d'informer, de sensibiliser et de lutter contre la stigmatisation cœur de tous les maux.
 
Pour mémoire, les Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM)  créées à l’origine par l’Association Française de Psychiatrie (AFP), et actuellement coordonnées par plusieurs partenaires dont l’UNAFAM (Union Nationale des Amis et Familles de Malades psychiques) existantes depuis 1990 en Métropole.
 
Approches thérapeutiques multidisciplinaires
 
Relayées depuis quelques années par des actions fortes, d’information, de sensibilisation, de faire connaitre la véritable panoplie d’outils existante, telles que les offres de soins extrahospitalières diversifiées, illustrant le virage ambulatoire développé, se sont les démarches et approches menées par l’Établissement Public de Santé Mentale de la Réunion (EPSMR). De plus, devenu Établissement pivot de la psychiatrie de l’Océan Indien.
 
Raison pour laquelle, l’information sur la santé mentale constitue un enjeu majeur et un temps privilégié permettant de s’adresser à un public qui n’est pas habituellement sensibilisé aux questions de santé mentale. Celle-ci dans un double but "de pédagogie et de dédramatisation", introduisant les diverses approches thérapeutiques multidisciplinaires dont le choix repose entre autres, à la culture qualité dans la culture du personnel de l’EPSMR. Hôpital où j'ai aussi  investi  professionnellement avec fierté et honneur pendant de nombreuses années.
 
C’est ainsi, conférence, débat, projection de film seront sûrement demain, l’occasion pour l’EPSMR et de ses experts d’apporter analyse, réflexion et éclairage de ce que la discrimination sur des formes différentes, peut engendrer et impacter sur les personnes encore plus fragiles touchées par des troubles psychiques.
 
Parce que tout au long de la vie, les discriminations sur la santé mentale peuvent se manifester par des pratiques diffuses, ancrées encore solidement dans la société et parfois dans le fonctionnement des institutions. Qu’il faut aujourd’hui trouver un lieu favorisant l’écoute, un espace sécurisé pour mieux partager, échanger afin d’accueillir, de soutenir, d’accompagner les familles et patients confrontés avec cette souffrance dans les espaces thérapeutiques existants. C’est habituellement l’objet exprimé de ces SISM.
 
Jean Claude Comorassamy.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !