Tribune libre de Jean-Claude Comorassamy :

Enfin, un plan massif annoncé pour l'hôpital après la crise du Covid-19 !


Publié / Actualisé
Malgré la grande colère sociale qui a été mise en lumière par les Gilets jaunes. Les diverses grèves dans les hôpitaux où le personnel hospitalier dénonçait cette logique d'économies budgétaires dont il nous éclairait que le système de santé est au bord de l'explosion. Réclamant des moyens budgétaires supplémentaires en équipements, en lits, en personnel et une reconnaissance professionnelle. Grève encore contre la réforme de retraite toujours dans la logique d'économies budgétaires, qui tendait vers une réduction des pensions et la mise en place d'un âge pivot. Manifestation contre le passage en force du 49-3... rien n'y fait, le gouvernement maniait fort bien la machine à brouillant de ses députés pour avancer comme un bulldozer. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Malgré la grande colère sociale qui a été mise en lumière par les Gilets jaunes. Les diverses grèves dans les hôpitaux où le personnel hospitalier dénonçait cette logique d'économies budgétaires dont il nous éclairait que le système de santé est au bord de l'explosion. Réclamant des moyens budgétaires supplémentaires en équipements, en lits, en personnel et une reconnaissance professionnelle. Grève encore contre la réforme de retraite toujours dans la logique d'économies budgétaires, qui tendait vers une réduction des pensions et la mise en place d'un âge pivot. Manifestation contre le passage en force du 49-3... rien n'y fait, le gouvernement maniait fort bien la machine à brouillant de ses députés pour avancer comme un bulldozer. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Et, il a fallu ce petit virus du Covid-19 pour faire redescendre sur terre le Chef de l’Etat, le gouvernement ainsi que les députés de sa majorité qui sont devenus muets depuis, du coup enrayer cette machine infernale où l’économie prenait le pas sur tout.

Rappelez-vous l’alerte il y a deux ans en avril 2018, lors d’une visite du Président Macron au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Rouen, une aide-soignante l’interpellant quant aux besoins urgents dans les hôpitaux : " il faut des lits, il faut du personnel", avant que le Chef de l’Etat ne lui réponde brutalement : "Il n’y a pas d’argent magique. Un pays qui n’a jamais baissé son déficit public et qui va vers les 100% de dette rapportée à son produit intérieur brut... c’est vos enfants qui le payent quand ce n’est pas vous. [...] Je peux vous le dire les yeux dans les yeux, j’assume ces choix". Un choix assumé dont la population commence à payer les conséquences.

Mais hier le changement de ton et de cap du Président de la République, visitant l'hôpital de campagne installé à Mulhouse,  dans son discours, pour faire face à l'épidémie de nouveau coronavirus Covid-19, il a appelé une fois de plus à l'unité nationale et annonçant " un plan massif d’investissement et de revalorisation des carrières " dans les hôpitaux après la crise, tout en remerciant à plusieurs reprises les hospitaliers en premières lignes dans cette "guerre".

Le Président a même garanti qu'il serait "au rendez-vous de ce que nous devons, au-delà de cette reconnaissance et du respect". À court terme, il a "demandé au gouvernement d'apporter une réponse claire pour l'ensemble des personnels soignants et des fonctionnaires mobilisés par une majoration des heures supplémentaires et des primes exceptionnelles…. ".

Note est bien prise, dès lors que la menace s’éloignera, il faudra bien vite que le gouvernement s’attaque aux divers problèmes des hôpitaux sans oublier ceux de la Réunion dont la crise sanitaire a montré des nombreux besoins. Toutefois, quoi qu'on en pense, la résilience des hospitaliers sera toujours au rendez-vous.

Jean-Claude Comorassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !