Tribune libre de Michel Fontaine :

Gardons intactes nos valeurs d'accueil, de solidarité et de fraternité


Publié / Actualisé
Réunionnaises, Réunionnais,
Alors que la représentation nationale a voté l'état d'urgence sanitaire, alors qu'à La Réunion comme en métropole le nombre de malades augmente chaque jour, j'entends s'élever des voix qui nous rappellent les pires moments de notre histoire et cela me désole autant que cela me révolte. Certains, peu nombreux heureusement, cherchent à désigner les responsables de la contamination et les jeter en pâture sur l'autel de la discorde.
Réunionnaises, Réunionnais,
Alors que la représentation nationale a voté l'état d'urgence sanitaire, alors qu'à La Réunion comme en métropole le nombre de malades augmente chaque jour, j'entends s'élever des voix qui nous rappellent les pires moments de notre histoire et cela me désole autant que cela me révolte. Certains, peu nombreux heureusement, cherchent à désigner les responsables de la contamination et les jeter en pâture sur l'autel de la discorde.

Et pourtant " Le Réunionnais n’a pas de haine. Nous sommes une boite de crayons de couleur. " rappelait Monseigneur Aubry

Dans cette période d’inquiétude et de tension, à ceux qui seraient tentés de succomber au discours nauséabond de la division, rappelons quelques faits pour que notre humanité reste promesse.

Cette pandémie est mondiale. Aucun pays, quel qu’il soit, n’est parvenu à empêcher le virus de passer ses frontières.

Le virus n’a ni préférence ni bornage, il se tapis dans le corps de nos enfants, parmi nos frères, nos sœurs, nos cousins, nos cousines, nos femmes, nos maris, nos pères nos mères. Qui ose ainsi rejeter la chair de sa chair. Certes, il a fallu alors organiser des confinements, souvent auprès de ceux qui pouvaient les recueillir, les protéger.

Seuls des marchands d’illusions peuvent aujourd’hui prétendre que par la grâce de je ne sais quel dispositif tombé du ciel, la population réunionnaise n’aurait pas aujourd’hui à faire les efforts qui sont demandés à tous les peuples. 

S’agissant de cette épidémie, personne n’a de formule magique. Seule l’union sacrée de l’ensemble des forces vives de la nation nous permettra de surmonter cette épreuve.

Penser que notre insularité pourrait nous protéger, c’est ignorer qu’aux Baléares on transforme des hôtels en hôpitaux; qu’en Corse, les évacuations sanitaires par bateaux de la Marine nationale se multiplient, et que plus près de nous Maurice, Madagascar, les Seychelles sont touchées.

La lutte contre la propagation du virus passe aujourd’hui par la mobilisation de tous et de chacun.

Des consignes claires ont été données, à nous de les respecter.

De tout temps, l’humanité a su venir à bout de ses maux, nous saurons venir à bout de cette maladie.

Retrouvons l’esprit fondateur du conseil national de la résistance, cet esprit de concorde qui est notre seule chance de surmonter cette épreuve.

La fraternité n’est pas qu’un mot gravé au fronton de nos mairies, c’est une valeur qu’il nous revient de garder vivante dans le réceptacle inviolable de nos cœurs, elle sera, avec sa sœur la connaissance, le meilleur rempart dans ce combat encore inégal. 

Nous nous confinons certes, mais nous gardons intactes nos valeurs d’accueil, de solidarité et de fraternité. C’est ce qui fait de nous des Français, des Réunionnais, rassemblés en humanité.

Michel Fontaine
Maire de Saint-Pierre – Président de la Civis

 

   

2 Commentaire(s)

Didier, Posté
Réponse à la déclaration de Fontaine, le maire de Saint Pierre à propos de la nécessaire Â" union nationale Â" pour lutter contre le conoravirus

Le conoravirus ne connaît pas de frontières, sans nul doute, et ceux qui prétendent qu'en en érigeant de nouvelles, en désignant une nation particulière comme responsable de l'épidémie, trompent la population et ne la préparent pas à s'en protéger.
Mais le discours de Mr Fontaine prÃ'nant la "fraternité" et la "concorde" entre tous les citoyens est une ficelle un peu grosse à laquelle nous ne nous raccrocherons pas. Son appel au "rassemblement des Français et des Réunionnais", sa référence au programme du Conseil National de la Résistance n'est pas fortuit. Il nous invite à fermer les yeux sur l'immense responsabilité qu'ont tous les politiciens, de droite comme de gauche et dont il fait partie, dans le dénuement dans lequel se retrouvent aujourd'hui le personnel soignant des hÃ'pitaux publics, les médecins et les infirmières à domicile. C'est à force de tailler dans le budget de la Santé que l'État se retrouve incapable aujourd'hui de mener la "guerre" contre le coronavirus. C'est son parti, celui de Macron, le PS, le centre, qui se sont relayés au gouvernement de la France qui ont privé le personnel hospitalier des armes dont il aurait grand besoin aujourd'hui.
Alors honneur au personnel des hÃ'pitaux qui ne compte pas son énergie dans ce combat, mais honte à ceux qui l'ont laissé sans défenses parce qu'ils ont détourné l'argent de l'État pour subventionner à fonds perdus les capitalistes !
La lutte contre le conoravirus ne peut que se mener qu'en menant la lutte sans concessions contre le système capitaliste et les politiciens qui le servent !
Pas d'union nationale avec les fossoyeurs de la Santé Publique ! 
MAX CILAOS, Posté
C'est parfait, mais la nature humaine reste ce qu'elle est, imprévisible, manipulable, inquiétante, et parfois même, égoîste.
Cependant, le moment est venu peut être de revoir les mécanismes de la mondialisation, en déterminant les choses indispensable pour un Etat, en faire des priorités et se donner les moyens de les fabriquer au sein même du pays et non ailleurs, même si les coÃ"ts sont supérieurs, comme les médicaments, l'alimentation,..... chaque Etat doit se donner les moyens de faire un inventaire et rapidement se mettre a l'Å"uvre, sinon on retombera dans la même erreur après la crise de 2008.