Courrier des lecteurs de Jean Claude Comorassamy :

Hospitaliers, profond respect pour votre sens du devoir, de votre engagement et de votre dévouement !


Publié / Actualisé
Soyez fiers vous hospitaliers, de votre engagement, de votre dévouement, de votre sens du devoir et d'être honorés comme fût ma mère, elle qui a travaillé longtemps à l'hôpital psychiatrique sur l'ancien site de St-Paul, disait le Président du Conseil de surveillance de l'EPSMR Gérald Incana, lors des voeux de fin d'année à l'ensemble du personnel de l'Établissement Public de Santé Mentale de la Réunion.
Soyez fiers vous hospitaliers, de votre engagement, de votre dévouement, de votre sens du devoir et d'être honorés comme fût ma mère, elle qui a travaillé longtemps à l'hôpital psychiatrique sur l'ancien site de St-Paul, disait le Président du Conseil de surveillance de l'EPSMR Gérald Incana, lors des voeux de fin d'année à l'ensemble du personnel de l'Établissement Public de Santé Mentale de la Réunion.

Le moment est important qui vous rappelle une fois encore, le sens de votre dévouement, le sens de la fraternité, le sens de la solidarité, le sens de la responsabilité, des sacrifices et de votre professionnalisme. Auxquels vous consentez, au quotidien comme dans les pires situations, à soigner, accompagner, aider, soutenir, rassurer et de protéger le mieux possible dans ce " plan de bataille " que vous vous êtes engagés aussi en psychiatrie contre ce covid-19. Malgré que, la notion de " la bonne distance relationnelle " est essentielle pour les soins des patients psychiatriques.

Aujourd’hui, vous voilà sur ce " front solidaire " dont vous aviez l’habitude. Souvenez-vous en, de la longue crise du CHIKUNGUNYA, d’une ampleur inégalée qui avait affecté les Îles de l’Océan Indien dont la Réunion et Mayotte. L’épidémie ayant explosée aussi durant le premier trimestre 2006. Et le mois de février 2006 ayant marqué l’apogée de cette crise sanitaire avec 47 000 cas et 174 décès, essentiellement des personnes âgées (archive) et à partir d’avril, la décroissance fût constatée avec l’arrivée de l’hiver austral.

Ainsi, confrontés comme les autres hôpitaux à cette crise sanitaire sans précédent, la Direction du Centre Hospitalier Gabriel Martin (CHGM) a répondu à cette urgence par une organisation spécifique adaptée face à cette situation inhabituelle. Taux d’occupation extrêmement élevé et faute de locaux libres ne pouvant prendre en charge ces nombreux patients, le CHGM fera appel à l’établissement psychiatrique (EPSMR) de Cambaie qui disposait à l’époque un pavillon neuf non encore équipé.

En 48h chrono, grâce à effort considérable des deux Directions, des services techniques et transports des deux établissements (EPSMR et CHGM) que le pavillon (jacaranda) de 25 lits fût totalement équipé en lits, matériels bio-médicaux… devenu de suite opérationnel. Ce pavillon ouvrît ses portes le 12 février 2006, apportant un réel soutien aux patients du CHGM voire la population réunionnaise.

14 ans plus tard, face de nouveau aux besoins de lits à cette crise sanitaire du Covd-19, l’EPSMR a eu la très bonne idée de solidarité, de mettre à disposition un service spécifique d’admission et de confinement pour ses patients. Une idée soutenue par le syndicat majoritaire de l’EPSMR la CFDT (communiqué), en exigeant quand même à l'ARS, l’armure nécessaire face à cette " guerre sanitaire ".

Famille hospitalière, soyez fière de servir et d’apporter l’excellence, la population est toujours fière de pouvoir compter sur des femmes et des hommes tels que vous. Merci !

Jean Claude Comorassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !