Tribune libre du député Jean-Hugues Ratenon :

"Les citoyens ainsi que les élus de La Réunion, réclament que soient adoptées ces mesures efficaces"


Publié / Actualisé
Monsieur le Président, nous les élus de la Réunion, sommes interpellés par des citoyens réunionnais qui, face à cette crise sanitaire sans précédent, mènent actuellement des travaux, des réflexions sur la situation sanitaire dégradée à La Réunion liée à l'épidémie du COVID-19 et nous faisons régulièrement des propositions aux autorités locales mais aussi aux différents ministères. Des alertes et préconisations qui ne sont pas entendues ou trop tardivement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Monsieur le Président, nous les élus de la Réunion, sommes interpellés par des citoyens réunionnais qui, face à cette crise sanitaire sans précédent, mènent actuellement des travaux, des réflexions sur la situation sanitaire dégradée à La Réunion liée à l'épidémie du COVID-19 et nous faisons régulièrement des propositions aux autorités locales mais aussi aux différents ministères. Des alertes et préconisations qui ne sont pas entendues ou trop tardivement. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les citoyens dans leur globalité considèrent que l’Etat est défaillant et mène une gestion désastreuse de cette crise sanitaire, par manque d’anticipation, qui a pour conséquence directe la mise en danger du peuple réunionnais. Nous en voulons pour preuve, le Tribunal administratif de Guadeloupe qui a condamné
l’ARS et le CHU suite à un recours du syndicat UGTC.

Dans cette ordonnance le tribunal contraint l’État à passer commande :
- des doses nécessaires au traitement de l’épidémie de COVID-19 par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, comme défini par l’IHU Méditerranée infection ;
- de tests de dépistage du COVID-19, le tout en nombre suffisant pour couvrir les besoins présents et à venir de la population de l’archipel Guadeloupe.

Considérant cette décision, les citoyens ainsi que les élus de la Réunion, réclament que soient adoptées ces mesures efficaces. C’est une question de vie ou de mort. C’est aussi une question de paix sociale. Les citoyens expriment aussi de plus en plus leur colère face à la crise sanitaire, dans les médias, sur les réseaux sociaux, en faisant référence aux salaires non payés, l’augmentation des prix des produits de première nécessité, la non fermeture de l’aéroport, le manque de matériel de protection.... Cette population Réunionnaise se sent abandonnée.

Aussi, afin de bien lutter contre ce virus (réduire les contaminations, contenir l’épidémie et arrêter sa propagation à La Réunion), nous vous saisissons, Monsieur le Président de la République, pour que nous puissions bénéficier d'un cadre d'intervention sanitaire adapté à notre situation spécifique.

Cela passe par :
-procéder à un dépistage massif (de toute la population) afin de connaître les réunionnais porteurs sains ou symptomatiques du virus, et ainsi pouvoir procéder à un confinement totalement ciblé et contrôlé ;
- procéder à la réduction de la charge virale des réunionnais porteurs sains ou symptomatiques du virus, ceci ne pouvant se faire qu'en administrant, selon le protocole de l'IUHM de Marseille, de l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, et ainsi réduire les risques de complications pulmonaires violentes avec décès tels que constatés dans l'hexagone.
- procéder à une distribution massive de masque et de gel hydroalcoolique à toute la population.

Vous l’avez dit et répété à plusieurs reprises : " Nous sommes en guerre contre un ennemi invisible. Nous devons aux Français la meilleure des protections...peu importe le coût. " Maintenant, vous êtes face à vos responsabilités. Comme dans toute guerre, il faut, face à l’ennemi, des moyens " armés " et une volonté commune de gagner. Ce qui malheureusement n’est pas le cas actuellement.

Il y a urgence Monsieur le Président de la République. La population est en colère, perd patience. Si des mesures médicales, économiques, sociales ne sont pas prises rapidement, nous courrons à la catastrophe, les tensions sociales risquent de se raviver.

" Gouverner c’est prévoir. Ne rien prévoir ce n’est pas gouverner, c’est courir à sa perte. " (Emile de Girardin).

Ne doutant pas que votre réponse soit favorable et juste vis à vis du peuple réunionnais, au cas contraire, cela sera considéré comme un abandon avec toutes les conséquences qui en découleront.

Nous vous prions de croire Mr le Président de la République en l’expression de notre très haute considération.

Jean-Hugues RATENON, Député

   

2 Commentaire(s)

Clack Hanoo, Posté
Si les juges et nos parlementaires s'improvisent experts en médecine et en pharmacologie... nous sommes mal barrés. Attendons plutôt la fin des études (sérieuses) en cours.
DAN RUN, Posté
Dans cette ordonnance le tribunal contraint l'État à passer commande :
- des doses nécessaires au traitement de l'épidémie de COVID-19 par l'hydroxychloroquine
C'est avoir la mémoire courte de l'effet du Médiator qui a tué pas mal de patient ...
On est entrain de mettre la charrue avant les boeufs .
Toute cette agitation mérite beaucoup de prudence .