Tribune libre de Frédéric Vienne, président de la Chambre d'agriculture :

"Ce n'est que tous ensembles et unis que nous parviendrons à soutenir notre agriculture"


Publié / Actualisé
Le 17 mars, à la faveur du confinement et de la fermeture annoncée des marchés forains sur le territoire national par le ministre de l'Agriculture en réponse à la pandémie du Covid-19, nos agricultrices et agriculteurs se retrouvaient dans une impasse aux conséquences graves.
Le 17 mars, à la faveur du confinement et de la fermeture annoncée des marchés forains sur le territoire national par le ministre de l'Agriculture en réponse à la pandémie du Covid-19, nos agricultrices et agriculteurs se retrouvaient dans une impasse aux conséquences graves.

Privés des principaux dispositifs de vente directe matérialisés, notamment, par le réseau des marchés forains, ces derniers lançaient un appel à l’aide devant la perte annoncée de leur production.

Saisie du problème, la Chambre d’agriculture de La Réunion a alors mobilisé l’ensemble de ses élus et équipes, par répartition géographique, afin de proposer des solutions concrètes auprès des collectivités locales au premier rang desquelles les municipalités et le Département, compétent en matière agricole.

Par un courrier interpellant l’ensemble des maires de notre île en date du 25 mars, notre institution a rappelé l’importance impérieuse d’une continuité dans la chaine de production en fruits et légumes péï et dans leur écoulement sur une partie du territoire : une demande associée à la nécessité d’une reconfiguration des modalités de la vente directe, représentée à 70% par les circuits-courts.

Grâce à une excellente collaboration de notre institution avec les municipalités, des marchés de producteurs à effectifs réduits et à sécurité maximale ont pu voir le jour depuis le week-end dernier avec un succès inattendu.

En parallèle, d’autres communes ont su innover, toujours sur initiative de la Chambre, en lançant un système de drives ou encore de portages de paniers à domicile.

Depuis ce mercredi, une configuration en micro-marchés correspondant aux quartiers du chef-lieu a également vu le jour. Sur tous ces points, nous devons encore nous renforcer et nous améliorer.

Néanmoins, je souhaite ici remercier avec force ces collectivités pour avoir permis à nos producteurs de continuer à alimenter la population en produits frais et d’avoir mobilisé des ressources matérielles et humaines dans un contexte des plus sensibles.

Ces dispositifs d’écoulement ont également été rendus possibles par le concours des services de l’Etat à travers des dérogations exceptionnelles encadrées par un Guide des bonnes pratiques des producteurs conçu par notre Chambre d’agriculture.

Avec une série de 15 mesures permettant une sécurité sanitaire maximale, ces modalités techniques et sanitaires fleurissent dans l’île.

Merci pour le partenariat fort et la compréhension dont vous faites preuve pour le monde agricole réunionnais. Un monde agricole qui se réorganise et qui concoure, dans ces temps difficiles, à nourrir la population.

Je le redis ici, ce n’est que tous ensembles et unis que nous parviendrons à soutenir notre agriculture et à rapprocher davantage les producteurs et les consommateurs à travers la vente directe, un modèle qui fait ses preuves, qui sera maintenu avec notre accompagnement et qu’il faudra renforcer et pérenniser dans l’avenir.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !