Courrier de la députée Nadia Ramassamy :

Sur la situation actuelle de la filière horticole de La Réunion


Publié / Actualisé
Courrier au Ministre de l'Économie Bruno Le Maire et au Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume. Messieurs les Ministres, je souhaiterais par la présente lettre attirer votre attention sur la situation de la filière horticole Réunionnaise, faite d'un tissu de 240 petites, voire de Très petites entreprises qui emploient directement plus de 1 700 personnes. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Courrier au Ministre de l'Économie Bruno Le Maire et au Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume. Messieurs les Ministres, je souhaiterais par la présente lettre attirer votre attention sur la situation de la filière horticole Réunionnaise, faite d'un tissu de 240 petites, voire de Très petites entreprises qui emploient directement plus de 1 700 personnes. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

A La Réunion, comme dans l’hexagone, les entreprises, véritables forces vives de la Nation, sont le plus souvent familiales, dirigées par des pères ou des mères de famille, plus que conscients des risques de l’épidémie pour leurs enfants, leurs ainés et leurs employés.

La santé de tous est une nécessité, celle-ci doit primer sur toutes les autres considérations, et si le contexte économique est plus que difficile et incertain, les entreprises horticoles de La Réunion, en dépit de l’expérience acquise lors des cyclones, insectes ravageurs, maladies à transmission vectorielle, elles ont aujourd’hui, plus que jamais, besoin du soutien de l’État.

Actuellement, des entreprises sont en cours de liquidation, les retards de livraison s’accumulent, les trésoreries fondent, les stocks se dégradent, mais c’est surtout la situation sociale du secteur qui est gravement frappée avec des contrats de travail non renouvelés et des licenciements à venir.

En outre, l’impossibilité de vendre les productions prévues pour ce printemps (Pacques, 1er mai, fête des mères...) a d’ores et déjà engendré une perte de végétaux à hauteur d’un million d’euros et de deux millions d’euros pour la perte d’exploitation.

Afin de sauver des emplois et de sauvegarder une filière dotée d’un savoir-faire d’excellence, je vous serais reconnaissante, Messieurs les Ministres de bien vouloir étudier avec la plus grande attention, la possibilité pour ces entreprises de vendre leurs productions de végétaux dans les points de vente alimentaire, de diminuer substantiellement le total des charges URSSAF durant cette période de crise et d’utiliser une partie du Fonds de solidarité nationale pour rembourser les productions horticoles périssables.

Je vous prie de bien vouloir accepter, Messieurs les Ministres, l’expression de ma plus haute considération.

Députée Nadia RAMASSAMY

   

1 Commentaire(s)

Kachane, Posté
Koné fé que courrier ( en plus cé pas li qui écrit ).... commence dabor apprend' cosé !!!! mi demande si elle comprend les questions qu'on lui pose ?