Courrier des lecteurs de Giraud Payet :

Pour l'annulation des charges sociales et fiscales jusqu'à la fin de l'année 2020


Publié / Actualisé
Giraud Payet a adressé le courrier suivant aux présidents de la chambre de commerce et de la chambre de métiers
Giraud Payet a adressé le courrier suivant aux présidents de la chambre de commerce et de la chambre de métiers

Bonjour Monsieur le Président à la vue de la crise actuelle, l'économie est à l'arrêt, avant le confinement la situation des entreprises n'était pas au meilleur niveau. Aujourd'hui le Covid-19 porte un coup massue à l'économie réunionnaise, de nombreuses entreprises ont perdu et vont perdre leur exploitation. Le gouvernement a mis en œuvre un certain nombre de mesures, notamment une aide de 1500 euros accompagné d'une aide supplémentaire par une collectivité locale. Aussi je voudrais vous dire en premier lieu que ces aides ne sont pas la hauteur des dégâts que vont subir de nombreuses TPE PME

Monsieur le Président la situation est grave, il est urgent d'agir, en ma qualité d'élu consulaire je vous suggère :

1 - de nouveau de demander que La Réunion soit déclarée en catastrophe économique , naturelle et sanitaire

2 - demander l'annulation des charges sociales et fiscales jusqu'à la fin de l'année 2020

3 - de geler les dettes antérieures

4 - de demander aux caisses et au services fiscaux de délivrer les attestations de régularité afin que les entreprises qui travaillent sur la commande publique puissent poursuivre leur l'activité.

Aussi, j'ai souhaité vous faire part d'un autre point, le gouvernement propose aux quelques entreprises qui n'ont pu cesser leur activité dans divers secteurs de verser une prime de 1000 euros à leurs salariés, cette proposition n'a eu que pour effet de créer un désordre social au sein de nos entreprises.

Annoncer d'aider les entreprises et leur demander de verser une prime relève d'une incohérence, si des mesures fortes sont prises notamment sur les charges sociales il n'est pas exclu que nos entreprises puissent répondre favorablement à nos salariés, c'est à l'état de créer les conditions.

A cet effet, sur ce sujet épineux la chambre devrait communiquer pour lever le risque d’un probable conflit social. Par ailleurs je tiens à vous signaler que de nombreuses entreprises ont vu leur demande de financement de la BPI refusé.

En conclusion Monsieur le Président de vous dire que face à cette situation inédite, brutale, l'une des aides les plus directes que l'Etat pourrait apporter aux entreprises c'est de prendre des décisions fortes, exceptionnelles à l’égard des obligations sociales et fiscales,  cela permettrait de nous donner une bouffée d'oxygène afin de tenter de traverser cette guerre sanitaire et sauver les emplois. Enfin, je rajouterais en insistant ce ne sont pas des mesurettes qui sauveront notre économie insulaire par conséquent je compte sur votre engagement pour défendre les intérêts de nos PME TPE

Très cordialement

Giraud Payet, élu de la CMAR

   

1 Commentaire(s)

DAN RUN, Posté
Giraud , lorsque l'État ne répond plus, hélas, il n'y a plus de raison que le citoyen éclairé lui réponde encore.
Alertes infos : Le PIB s'effondre de 6%, la France entre en récession .
Espère t'avoir répondu
NouArtrouV