Tribune libre de la FEDOM :

Tourisme en Outre-mer : non à l'interdiction, oui à une autorisation "sécurisée" !


Publié / Actualisé
Le décret numéro 2020-663 du 31 mai 2020 restreint drastiquement les libertés, les déplacements, la réouverture des commerces, et le redémarrage des activités dans les Outre-mer et la Corse. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le décret numéro 2020-663 du 31 mai 2020 restreint drastiquement les libertés, les déplacements, la réouverture des commerces, et le redémarrage des activités dans les Outre-mer et la Corse. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C’est d’autant plus surprenant qu’hormis la Guyane et Mayotte, les Outre-mer sont tous en zone verte, ce qui est loin d’être le cas pour tous les départements de l’Hexagone où pourtant les entraves aux libertés de déplacements que nous dénonçons ont été supprimées.

Devant de telles aberrations, nos compatriotes corses n’ont pas manqué de réagir vigoureusement, en interpellant le premier ministre et en dénonçant des dispositions surprenantes, incohérentes, inégalitaires entre l’aérien et le maritime, entre la France hexagonale et l’île de Corse, et ont donc obtenu un nouveau décret abrogeant ces dispositions restrictives uniquement pour la Corse.

Le trafic aérien est par conséquent rétabli en Corse, sans quatorzaine, et sans restriction de déplacements pour seuls motifs impérieux.

Nous en sommes heureux pour nos compatriotes corses, mais leur succès rend encore plus navrante la situation dans laquelle les ultramarins sont en train de creuser leur propre tombe !

Comment qualifier l’attitude de nos élus, qu’ils soient parlementaires, élus locaux, présidents de région ou de collectivité devant un tel manque de courage, un tel manque de solidarité vis-à-vis du secteur touristique de leur territoire, mais surtout devant un tel manque de lucidité sur la dévastation économique qui s’annonce ?

Comment qualifier également l’attitude du gouvernement et du premier ministre vis-à-vis de nos territoires ? Pourquoi maintenir pour les seuls Outre-mer (hormis la Guyane et Mayotte qui ne sont pas en zone verte) des dispositions reconnues comme incohérentes pour la Corse 48 heures après la parution du décret général ? Nous pensions que la relégation avait été abolie en 1946, mais visiblement tous ne le savent pas.

Déjà, dans nombre de territoires et notamment en Polynésie française, des hôtels ferment et des salariés sont licenciés. Mais le pire reste malheureusement à venir.

La FEDOM, qui regroupe l’ensemble des milieux économiques ultramarins, interpelle donc solennellement le premier ministre afin que les Outre-mer ne soient pas les seuls territoires lésés de la République, condamnés à une catastrophe économique dont ils ne pourront pas se relever.

Nous ne sommes pas des inconscients. Nous savons que nous devons rassurer les ultramarins sur les contrôles sanitaires avant l’embarquement.

C’est pourquoi nous demandons instamment au gouvernement de substituer au principe d’interdiction un principe " d’autorisation sécurisée " sur le plan sanitaire qui permettrait à tous de voyager et donc à nos économies de redémarrer.

La FEDOM (Fédération des Entreprises des Outre-mer)

   

6 Commentaire(s)

Lucas, Posté
Le papillon devrait s'envoler...et aller voguer ailleurs parce que c'est ce papillon qui n'a rien compris
On peut pas rester en autarcie toute notre vie, faut arrêter les conneries, ce virus sera toujours là, faudra vivre avec toute notre vie comme la grippe, la dengue, ou encore le chikungunya,on se coupe du reste du monde toute notre vie ! faut réfléchir un peu au lieu de débiter des ânerie comme commentaires !
On ne peut pas contrÃ'ler la vie des gens, c'est impossible, des cons il y en aura partout, c'est pas pour sa qu'il faut les enfermer !
Dans ce cas, vous empêcher les personnes de venir, de sortir parce qu'il y a des moustiques !
Faut se protéger en prenant nos précautions, comme pour la dengue, des gestes barrières...
Papillon diurne, Posté
Hé les gars! Vous n'avez toujours pas compris grand-chose à ce que je constate...
Notre département n'est pas suffisamment équipé pour faire face à une crise sanitaire majeure. C'est la raison pour laquelle il est impératif de prendre des mesures drastiques et parfois contraignantes, que cela vous plaise ou pas...
Et, puis, nous vivons dans un système de représentation et d'autorité et d'usage de la force si nécessaire...pour faire respecter l'ordre, la tranquillité, le bien-être, etc. .
Les élus locaux ne peuvent décider de tout ici, l'État français a son drapeau qui flotte ici, dans cette zone Sud de l'Océan indien...
Et, si vous n'êtes pas content, deux solutions :
- remporter la prochaine élection présidentielle en avril 2022;
- changer de pays et donc de nationalité (si vous réussissez à trouver une nation d'adoption !).
La Corse a un statut particulier depuis 1982, et il a évolué constamment, dans le sens souhaité par les Corses.
Les Corses peuvent agir pour se faire entendre, quand il le faut et où il le faut...et même obligé NS a rentré au bercail plus vite que programmé (septembre 2005...), à faire infléchir Lionel Jospin (Pm), entre juin 1997 et décembre 2001...).
Quand on monte une affaire, c'est toujours pour un temps donné, limité et fini...ce n'est jamais ad vitam Ã|ternam!
Il existe plein de pan d'activités économiques non essentielles à la survie humaine...
Donc: si vous voulez continuer de vivre : ouvrez vos yeux et remettez-vous en cause et réagissez dans le bon sens pour rebondir... et cessez de pleurnicher et de toujours se faire passer pour une victime ! (en toutes circonstances)
Mike, Posté
Les élu(e)s et les acteurs du tourisme commencent à bouger en Guadeloupe contrairement à nos élu(e)s ... https://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/politique/l-union-sacree-pour-la-reouverture-de-la-guadeloupe-570075.php
Thomas, Posté
Il ne faut pas tt ouvrir mais au moins au niveau national.
On a pas fini si on doit attendre qu.il n.y ait + de cas.C.est un virus qui faudra vivre avec comme la grippe,donc ca ne s.arretera jamais.Je suis d'accord avec Lola,on est un département au même titre que la Corse,donc les mêmes règles doivent s'appliquer partout.
FERRERE, Posté
Je crois que la santé et la vie sont plus importantes que l'argent surtout avec notre population fragile, beaucoup de personnes âgées, diabète etc.
En France il y a encore 90407 cas actifs, en Italie 38429 cas actives, en Espagne 63151 cas actives, il faut attendre quand il n'y aura plus de cas en Europe pour tout ouvrir.
Lola, Posté
Et oui c'est ainsi, ici les politiciens sont au abonnés absents.
Tout sak i intéresse a zot, c'est le 2nd tour des municipales, le reste lé déjà au oubliette.
Contrairement à la Corse, la di Réunionnai lé couillon, lu laiss alu trop faire!
Tout sak icomp c l'été en métropole, nou nu comp po du beurre. Saison touristiq mort, c'est qui le couillon que va tap a lu 11 de vol po res en septaine enfermé ! PERSONNE
En Corse, le moun i laiss pas zot faire, zot i boug. La Corse c un département certes + proche de l'hexagone, mais c'est un département au même titre que la Réunion, la Guadeloupe... a coz a zot tout les motifs lé levé et nou non!! c'est 2 poids 2 mesure,le monde à l'envers !