Tribune libre de Jean-Hugues Ratenon :

"Les Autorités mesurent-elles réellement de la gravité de la situation à Mayotte ?"


Publié / Actualisé
Les Autorités mesurent elles réellement de la gravité de la situation à Mayotte due au coronavirus ? Les chiffres sont alarmants : d'un premier cas le 14 mars dernier, ce chiffre ne cesse d'augmenter au fil des mois. +500 cas en avril ; +1000 en mai ; 2603 cas au 30 juin.
Les Autorités mesurent elles réellement de la gravité de la situation à Mayotte due au coronavirus ? Les chiffres sont alarmants : d'un premier cas le 14 mars dernier, ce chiffre ne cesse d'augmenter au fil des mois. +500 cas en avril ; +1000 en mai ; 2603 cas au 30 juin.

Un premier mort a été enregistré le 30 mars et le bilan aujourd’hui fait état de 33 morts. Mayotte dernier département français serait-il également dernier pour avoir un traitement à la hauteur de cette situation dramatique ?

A quoi a servi alors la visite de la ministre de l’outre-mer le 19 mai dernier ? Quelles réponses ont été apportées aux professionnels de santé et à la population ? Pas à la hauteur si l’on en juge par l’évolution de l’épidémie.

Cette situation soulève aussi la question des liaisons aériennes entre Mayotte et la Réunion. La fréquence des vols monte en puissance et la crainte s’installe dans la population réunionnaise.

Tout est-il fait pour éviter que ces voyageurs ne contaminent pas les habitants de notre île ? Quel est le suivi de la quatorzaine stricte imposée à tous ces arrivants ? Quel est le suivi des appels téléphoniques que l’ARS est censé avoir quotidiennement avec ces voyageurs ? Le motif impérieux (professionnel, santé familiaux) est-il respecté ?

Autant de questions importantes qui nécessitent la transparence.

A la Réunion, jusqu’à présent, tous les cas enregistrés sont soit importés, soit des évacuations sanitaires. Il ne faudrait pas que cette ouverture des frontières se fasse à la légère et fasse prendre le risque à notre île d’être frappée pour de bon par le coronavirus avec ses conséquences dramatiques. Le sens civique dont fait preuve les Réunionnais ne doit pas être ruiné pour des raisons financières ou par une certaine négligence.

Jean Hugues Ratenon, député de la Réunion  

 

   

1 Commentaire(s)

MÃ'véLang, Posté
Il faudrait que M. Ratenon intervienne à l'Assemblée pour exgiger, députés à Mayotte comme c'est le cas partout en france.