Courrier des lecteurs de Poinsettia :

Les baleines, un support commercial ?


Publié / Actualisé
Le Réunionnais est attaché à son île, à sa nature, à sa beauté époustouflante qu'elle offre à tous ! Océan, montagnes, volcan, forêts en accès libre et gratuit, à chacun son expérience toute simple ou palpitante, fascinante, extraordinaire qui, immanquablement, nous rappelle et nous ramène à notre condition de petit humain et à cette notion inéluctable d'humilité qu'elle nous enseigne et nous impose.
Le Réunionnais est attaché à son île, à sa nature, à sa beauté époustouflante qu'elle offre à tous ! Océan, montagnes, volcan, forêts en accès libre et gratuit, à chacun son expérience toute simple ou palpitante, fascinante, extraordinaire qui, immanquablement, nous rappelle et nous ramène à notre condition de petit humain et à cette notion inéluctable d'humilité qu'elle nous enseigne et nous impose.

Dans quel autre endroit du monde peut-on par exemple à la fois admirer un volcan en éruption et approcher les plus grands animaux que porte cette planète, les baleines ?

Ou pouvait-on approcher, devrais-je dire ! Les choses changent, pas toujours dans le bon sens, hélas.

 Nous parlons bien de réaliser, dans un des rares endroits au monde où cela est encore possible, des approches des cétacés, particulièrement des baleines, si puissantes, majestueuses, sereines et magnifiques.

L’an dernier, le sujet étant sensible, Monsieur le Préfet avait dû faire une consultation publique avant de sortir un arrêté concernant l’observation locale.

Sous prétexte de protection de la faune marine concernée, il s’agissait surtout de favoriser d’abord le lobbying des transporteurs de passagers et des professionnels du secteur.

Face au mécontentement provoqué par ce projet, il avait fallu retirer du texte des termes tels que " professionnel " ou des injustices décriées quant aux acteurs autorisés à s’approcher. Petite victoire donc croyait-on !

Mais voilà que cette année, nouveau Préfet, pas de consultation publique…et un nouvel arrêté tout neuf. Et c’est reparti.

A défaut du terme " professionnel ", c’est l’obligation d’être encadré par un " accompagnateur diplômé " qui apparaît…

Ouste derechef l’approche du citoyen moyen qui s’intéresse à la biodiversité, qui veut faire découvrir, connaître, provoquer l’émerveillement et déclencher l’envie et le besoin de protéger ces animaux merveilleux une fois qu’on les a approchés, admirés, une fois que l’on a vécu ce moment incroyablement fort qu’elles ont accepté de nous laisser partager, quelques instants de leur vie sans les importuner bien sûr.

 Les conditions d’approche sont bien définies, et chacun ne peut se permettre de faire n’importe quoi car c’est également lui-même qu’il pourrait mettre en danger.

Glisser silencieusement dans l’eau, s’approcher doucement à la palme, admirer et se laisser hypnotiser…Vous n’oublierez plus jamais les battements de votre cœur à ce moment-là !

 Mais voilà….

Si vous voulez éviter les professionnels, leurs tarifs et la manne qu’ils se font sur...le dos des baleines, vous pouvez passer par un club associatif, moins cher, mais… oups, trop tard, le mot est lâché: "cher" …

Oui, oui, il vous faudra payer pour voir si vous n’avez pas un diplômé dans votre réseau personnel. Payer pour accéder à un milieu naturel.

Les baleines sont devenues un support commercial avec l’approbation de l’état. Et ce n’est pas tout ! Dans sa grande volonté de préservation et de protection de la faune sous-marine, cet arrêté du 20/07/2020 considère que les mises à l’eau ne seront possibles qu’entre 9H et 16H, alors que les observations sont, elles, autorisées de 9H à 18H.  La nuance ?

C’est exactement celle qui figurait au projet d’arrêté l’an dernier, " bateaux à moteurs-randonneurs sub-aquatiques ", et qui avait disparu, croyait-on; la revoilà par magie...ou pas!

L'ouïe est l'organe le moins développé chez les baleines, c'est bien connu et les moteurs ne produisent donc pas de nuisance sonore ! Quelle bonne blague...
Comme chacun sait pourtant, les baleines perçoivent les sons à des dizaines de kilomètres.

Les huit ou dix transporteurs de passagers en service sur Saint Gilles, par exemple, font jusqu'à 6 rotations par jour chacun !

Les randonneurs sub-aquatiques, une sortie par 1/2 journée. Les "nuisances" en question sont sans commune mesure ! Mais pourtant plus longtemps autorisées à une catégorie, niant leur impact supérieur.

Globice, entre autres, a réussi à attirer l’attention de Monsieur le Préfet sur le besoin de quiétude des animaux, et donc de limiter les horaires possibles.

Chacun l’accepte à conditions égales pour tous. Il s’agissait de les respecter, pas de pouvoir les exploiter.

Mais les intérêts économiques de quelques-uns prévalent encore dans cet arrêté N° 2479 sur la réelle préservation et le respect des animaux tout en nuisant à la découverte et la connaissance des cétacés par une démocratisation contrôlée et attentive de l'approche des non-transporteurs ou non professionnels, notamment des particuliers soucieux des règles et des associations permettant d’ouvrir les moyens d’accès et de découvertes de ces géantes tranquilles.

 Il s'agit là encore une fois d'une inégalité de traitement envers les acteurs de l'observation des cétacés…

Vouloir privatiser la mer ou en réserver l'accès à des professionnels et commerciaux serait scandaleux, n’est-ce pas ? Les professionnels le réclamaient, Monsieur le Préfet ne l’a-t-il pas fait ?

La sensibilisation du public passe évidemment par l’approche respectueuse, dans l’intérêt de tous. La Réunion jouit de ce prestige, mondialement reconnu, image autrement positive et valorisante que celle des attaques de requin.

 Des images locales extraordinaires et fascinantes de nos amies les baleines parcourent la planète, gagnent des concours et contribuent à faire connaître et prendre conscience du merveilleux monde sous-marin que nous devons continuer de découvrir et connaître pour le protéger et le faire aimer. Par tous et pour tous.

Poinsettia

   

2 Commentaire(s)

Baldauph974, Posté
Tout à fait d'accord sur cet excellent article qui met bien en évidence le caractère purement commercial en faveur des professionnels du business Baleines et dauphins, de cet arrêté préfectoral pris en catimini qui par ses nouvelles régles empêchent les particuliers passionnés des baleines et dauphins de se mettre à l'eau pour les observer, sans accompagnateur diplômé. Mais existe-il un diplôme spécifique pour les cétacés? quelque soit le niveau ou la qualification d'un plongeur bouteille ,théorie et pratique ne correspondent en rien avec la connaissance du comportement des cétacés, Strictement rien à voir!

Nous particuliers passionnés et respectueux des cétacés avec des années d'expérience et de contacts avec eux avons acquis des connaissances qui permettent une communication harmonieuse avec les baleines.
Sandy, Posté
Oui, cet arrêté vise uniquement a profiter aux professionnels de la mer. Le public doit savoir que lorsqu'il y a des mises à l'eau pour observer les baleines et les dauphins, les autres bateaux doivent respecter une distance de sécurité et donc les amateurs nuisent au business des professionnels. Voilà la vraie raison de cet arrêté......