Tribune libre de Nadia Ramassamy :

Lettre à la ministre de la Transition Ecologique et Solidaire


Publié / Actualisé
Madame la ministre, je souhaiterais attirer votre attention sur le danger environnemental que représentent les masques chirurgicaux. Depuis plusieurs mois, ils sont, avec les gants jetables, bien trop souvent jetés par nos concitoyens sur la voie publique. Leur abandon constitue un risque à court et à long terme pour l'ensemble de nos écosystèmes ainsi que pour l'Homme.
Madame la ministre, je souhaiterais attirer votre attention sur le danger environnemental que représentent les masques chirurgicaux. Depuis plusieurs mois, ils sont, avec les gants jetables, bien trop souvent jetés par nos concitoyens sur la voie publique. Leur abandon constitue un risque à court et à long terme pour l'ensemble de nos écosystèmes ainsi que pour l'Homme.

Depuis le début de l’épidémie, la France a commandé plus de 2 milliards de masques jetables. Fabriqués en thermoplastique à partir d’un dérivé du pétrole, ce sont des déchets infectieux, qui ne sont pas recyclés.

De plus, ces masques ne sont pas biodégradables et mettent plusieurs années à se décomposer. Leur rejet dans la nature va encore accentuer la présence des microplastiques, fragments inférieurs à 5 millimètres.

Tous ces déchets provoquent des effets néfastes sur la faune et la flore aquatiques, mais aussi sur l’Homme.

En effet, les perturbateurs endocriniens présents dans les dérivés du plastique se concentrent à chaque échelle de la chaîne alimentaire, jusqu’à se retrouver dans notre assiette. Leurs effets sont aujourd’hui mieux connus : ils peuvent provoquer cancers, diabète et malformations chez le nouveau-né.

En outre, bien qu’indispensable, l’obligation depuis lundi dernier de porter des masques dans les lieux clos va encore une fois accroître la présence de ces " déchets COVID ".

L’amende, portée à 135 € par décret n’est que trop peu souvent appliquée et les contrevenants trop nombreux pour que le flot de déchets puisse être endigué.

Par conséquent, il est urgent de mettre en place une filière spécifique de récupération voire de recyclage des masques et des gants. Une telle initiative, couplée à une campagne d’information et de sensibilisation à destination de nos concitoyennes et de nos concitoyens sur les bons gestes à adopter après l’utilisation des protections jetables permettrait de réduire la pollution causée par ces déchets.

Aussi, Madame la ministre, je vous serais reconnaissante de bien vouloir m’informer des solutions que vous comptez mettre en œuvre face à " l’épidémie écologique " que représente l’abandon de ces déchets.

Je vous prie d’accepter, Madame la ministre, l’assurance de ma haute considération.
 

   

1 Commentaire(s)

Kachane, Posté
ti bouge encore.... comme lo chatte, n'a 7 vies!!!!