Tribune libre de Bruno Bourgeon :

Covid-19 : nous faire peur !


Publié / Actualisé
Le test de Covid est (enfin!) pratiqué au départ des avions vers Gillot : du coup, plus aucun cas importé, exception des 2 derniers cas du dimanche 02/08, ces 2 cas dépistés après 7 jours, on ne sait pas s'ils étaient négatifs avant leur départ. Nous faire peur (semel). (Photo rb/www.ipreunion.com)
Le test de Covid est (enfin!) pratiqué au départ des avions vers Gillot : du coup, plus aucun cas importé, exception des 2 derniers cas du dimanche 02/08, ces 2 cas dépistés après 7 jours, on ne sait pas s'ils étaient négatifs avant leur départ. Nous faire peur (semel). (Photo rb/www.ipreunion.com)

La Réunion est devenue exemplaire dans sa lutte contre la pandémie depuis que nous disposons de masques, tests, et que nous fermons nos frontières aux personnes non testées. La pandémie ne doit plus porter ce nom. En Europe occidentale, le déclin des cas incidents et la diminution de la mortalité (inférieure aux maladies orphelines), ainsi que la disponibilité des services de réanimation (384 hospitalisés encore hier, pour plus de 5000 lits disponibles rien qu’en France), nous rassure, ce malgré les foyers mayennais qui, bien sûr, font la " Une " de la presse hexagonale.  Nous faire peur (bis).

Voyons les chiffres ultramarins :
- Réunion, 667 cas, soit 745/million d’habitants, 4 décès (venant de Mayotte), soit 4/million d’habitants, et 0,6 % de mortalité des cas incidents (mortalité faible) ;
- Guadeloupe, 272 cas, soit 680/million, 14 décès, soit 35/million, 0,5 % de mortalité ;
- Martinique, 269 cas ; soit 717/million, 15 décès, soit 40/million, 0,6 % de mortalité ;
- Saint-Martin, 53 cas, soit 1369/million, 3 décès, soit 77/million, 0,6 % de mortalité ;
- Mayotte, 3008 cas, soit 11004/million, 39 décès, soit 143/million, 1,3 % de mortalité ;
- Guyane, 7948 cas, soit 26553/million, 44 décès, soit 147/million, 0,6 % de mortalité.

A l'analyse, par rapport à La Réunion : 40 fois plus de cas en Guyane, 15 fois plus de cas à Mayotte, 10 fois plus de morts en Guadeloupe-Martinique, 20 fois plus de morts à Saint-Martin, 35 fois plus de morts à Mayotte et en Guyane. On connaît les raisons des mauvais chiffres dans ces 2 derniers DOM : la promiscuité à Mayotte, l’impossibilité de marquer le confinement, d’observer les mesures barrières, ou de pratiquer les tests (sauf au départ des avions depuis peu) ; la porosité de la frontière avec le Brésil en Guyane, alors que l’état brésilien voisin est soumis à une foison de cas incidents. Observez avec moi la faiblesse de la mortalité en OM, par rapport à l’hexagone (15% des cas incidents y sont mortels, avec 464 décès/million d’habitants). Nous faire peur (ter).

La Réunion : 667 cas au 3 août au soir, 592 guéris, 4 décès, 18 hospitalisés dont 3 en réanimation : calculez, 53 cas positifs non encore officiellement guéris se " baladent " dans la nature réunionnaise. En fait ils sont en quarantaine chez eux ou dans un hôtel, et il y a vraiment très peu de "chances", pour ne pas dire aucune, qu’ils propagent le virus. Dans 2 semaines, en l’absence de nouveaux cas, on pourra déclarer La Réunion indemne du virus. Et pourtant, on vous dit que le virus circule ! Nous faire peur (quater).

Enfin, l’obligation de porter le masque est illégale en l’absence d’état d’urgence, comme l’atteste le document ci-dessous, issu d’un grand cabinet d’avocats parisiens. Toute contravention que l’on pourrait vous imposer, aussi bien individuellement qu’aux commerçants, est entaché de nullité.

D’ailleurs, le masque ne vous protège pas du Covid, il empêche que vous transmettiez vos postillons à votre entourage. Si vous n’êtes pas malade, il ne sert à rien. Et le Covid se transmet surtout par le contact avec les objets souillés : c’est pourquoi la distanciation métrique (et non sociale, nuance majeure qui indique bien le degré de soumission que nos autorités souhaitent nous imposer) et le lavage des mains sont les gestes les plus importants. Nous faire peur (quinquies).

Hannah Arendt : "Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n'est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut pas se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d'agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et, avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez."

À l’adresse des autorités, je dis : ARRÊTEZ DE NOUS FAIRE PEUR ! À mes concitoyens : notre conscientisation démontre l’insupportable de leurs méthodes.

Dr Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !