Tribune libre de la FSU Réunion :

"Cette rentrée a été insuffisamment préparée"


Publié / Actualisé
Notre académie a servi de laboratoire pour la rentrée scolaire nationale. Avec deux semaines d'avance sur la métropole, nous considérons que cette rentrée a été insuffisamment préparée faute de temps nécessaire notamment en ce qui concerne les affectations des stagiaires, des TZR et des contractuels. La réécriture des protocoles sanitaires après la rentrée, la gestion anarchique des espaces sportifs entre communes, la multiplication des cas de COVID ainsi que la gestion des mises en isolement ont amplifié ce sentiment de manque d'anticipation pour de nombreux collègues. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Notre académie a servi de laboratoire pour la rentrée scolaire nationale. Avec deux semaines d'avance sur la métropole, nous considérons que cette rentrée a été insuffisamment préparée faute de temps nécessaire notamment en ce qui concerne les affectations des stagiaires, des TZR et des contractuels. La réécriture des protocoles sanitaires après la rentrée, la gestion anarchique des espaces sportifs entre communes, la multiplication des cas de COVID ainsi que la gestion des mises en isolement ont amplifié ce sentiment de manque d'anticipation pour de nombreux collègues. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Ce sentiment d’impréparation est donc un facteur d’angoisse pour les familles et les personnels. A cette anxiété ambiante, s’ajoutent plusieurs menaces et/ou agressions verbales dont sont victimes les enseignants par des parents ou personnes extérieures. C’est notamment le cas en EPS.

Plusieurs enseignants ont rapporté avoir été pris à partie sur le non-port du masque par exemple. La confusion pouvant régner lorsque des classes travaillent à la fois en présentiel et à distance nécessite une clarification afin d’éviter des injonctions de la part de quelques chefs d’établissements similaires à celles reçues lors de la période de confinement.

Finalement la crise sanitaire actuelle a mis en exergue nos besoins, qu’ils soient humains ou de moyens. Comment comprendre alors la suppression de nombreux postes dans le 2nd degré avec une augmentation des effectifs élèves et dans l’administration avec des problèmes dans la gestion des personnels.

Le contexte actuel amplifie nos difficultés et justifie d’autant la nécessité de recruter des personnels supplémentaires dans tous les secteurs (enseignants bien sûr, mais aussi infirmières, AESH, AED, CPE, médecins scolaires particulièrement manquants dans le 1er degré...).

En attendant les inégalités continuent à se creuser surtout pour les plus fragiles... La FSU s’interroge ainsi sur les moyens dans le premier degré qui seront nécessaires pour permettre le dédoublement de toutes les GS en maternelle REP+. Nous rappelons par ailleurs notre mandat de voir toute l’île classée en éducation prioritaire.

Problème aussi de la distribution de la prime COVID qui n’a pas toujours été attribuée de manière transparente et qui génère là encore des sentiments d’injustice. C’est le cas des établissements fermés aux élèves mais où des personnels ont travaillé durant le confinement (CPE, infirmières, AED...). Nous avons d’ailleurs demandé à avoir un bilan chiffré par catégorie et par taux appliqué.

Nous demandons un état des moyens (heures supplémentaires) qui ont été attribués aux établissements pour le travail des élèves en distanciel, les devoirs faits...

FSU Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !