Tribune libre de David Lorion :

A propos de la dérogation pour l'utilisation de néonicotinoïdes


Publié / Actualisé
Le ministre de l'Agriculture a annoncé une dérogation pour l'utilisation de néonicotinoïdes dès la saison prochaine pour la culture de la betterave sucrière et ce, pour trois saisons au maximum, alors même que le principe général de l'interdiction des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018 a été établi par les lois "pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" de 2016 et "Egalim" de 2018.
Le ministre de l'Agriculture a annoncé une dérogation pour l'utilisation de néonicotinoïdes dès la saison prochaine pour la culture de la betterave sucrière et ce, pour trois saisons au maximum, alors même que le principe général de l'interdiction des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018 a été établi par les lois "pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" de 2016 et "Egalim" de 2018.

M. le Député David Lorion a souhaité réagir vivement à cette décision de renoncement qui n'honore pas le Gouvernement. Membre du Comité national de soutien des élus à l'abeille et aux apiculteurs, il a adressé une lettre de soutien au président de l'UNAF (Union nationale de l'Apiculture Française) que vous pourrez trouver ci-jointe.

Le soutien de l'Etat aux agriculteurs en difficulté en raison des aléas climatiques, pouvant rendre les récoltes plus fragiles aux maladies et virus, doit être mis en oeuvre par d'autres moyens que cette dérogation à l'interdiction des insecticides néonicotinoïdes, par leur nature et leur usage, dévastateurs et polluants de tous les milieux naturels.

La transition écologique nécessaire de notre agriculture, que nous devons contribuer à rendre raisonnée et performante, tout autant que la sécurité alimentaire de notre population, nous incite à privilégier une baisse drastique et progressive des intrants chimiques et autres pesticides, en soutenant nos agriculteurs toujours plus fortement pour réussir cet objectif.

Dans notre beau département de La Réunion, il s'agira aussi de défendre et protéger sa biodiversité exceptionnelle et la qualité de ses espaces naturels et agricoles.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !