Tribune libre du député européen Younous Omarjee :

Younous Omarjee inquiet pour les agriculteurs des outremers


Publié / Actualisé
BRUXELLES. Ce mardi 20 octobre 2020, en ouverture de la session plénière du Parlement européen, le Président de la Commission du Développement Régional, Younous Omarje, a interpelé Janusz Wojciechowski, Commissaire européen à l'agriculture, au sujet des coupes dans le budget du régime POSEI, quelques heures avant que ne soit votée la réforme de la Politique agricole commune (PAC) pour la programmation 2021-2027. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
BRUXELLES. Ce mardi 20 octobre 2020, en ouverture de la session plénière du Parlement européen, le Président de la Commission du Développement Régional, Younous Omarje, a interpelé Janusz Wojciechowski, Commissaire européen à l'agriculture, au sujet des coupes dans le budget du régime POSEI, quelques heures avant que ne soit votée la réforme de la Politique agricole commune (PAC) pour la programmation 2021-2027. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le Programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité (POSEI), soutient les régions ultrapériphériques de l’UE, parmi lesquelles la Réunion, confrontées à des défis spécifiques en raison de leur éloignement, de leur insularité, de leur faible superficie ou de leur relief ou climat difficile. Il soutient également les régions qui dépendent économiquement d'un nombre limité de produits.

La proposition initiale de la Commission européenne prévoyait une diminution du budget affecté au POSEI, à laquelle les rapporteurs du texte, dont Eric Andrieu (S&D, France) se sont opposés. Position qui doit être entérinée par le vote en plénière ayant eu lieu cet après-midi et dont les résultats seront connus prochainement.

Younous Omarjee a appelé ses collègues eurodéputés à “tenir bon, et à ne pas céder sur cette bataille pour les RUP”, estimant que la PAC “[pouvait] contribuer au développement des territoires ruraux, forestiers et agricoles via le maintien des populations dans les zones rurales [et] des revenus viables pour les agriculteurs”, ce que toute baisse du POSEI compromettrait.

“Nous devons veiller à la cohérence dans les politiques communautaires”, a-t-il ajouté avant de rappeler que que le Parlement “[avait] fait de la cohésion et de l’écologie les maître-mots de la relance économique, du Green New Deal et du nouveau cadre budgétaire.”

Younous Omarjee, qui estime insuffisante la proposition de la Commission européenne, a voté l’amendement rejetant la réforme dans son ensemble, lui demandant de soumettre un nouveau texte au Parlement européen.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !