Tribune libre de Sylvie Moutoucomorapoulé :

Néonicotinoïdes : lettre ouverte aux sénateurs réunionnais


Publié / Actualisé
Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre contre les néonicotinoïdes Quand c'est NON... C'est NON pour toujours !!! (Photo DR)
Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre contre les néonicotinoïdes Quand c'est NON... C'est NON pour toujours !!! (Photo DR)

Le 6 octobre 2020, les députés ont voté favorablement à la réintroduction des  néonicotinoïdes. Les députés réunionnais étaient majoritairement contre. Ce projet de loi  est actuellement examiné par les Sénateurs et le vote aura lieu le 27 octobre. Sylvie  Moutoucomorapoulé, fondatrice du mouvement Demain Se Décide Aujourd’hui et Vincent  Défaud, porte-parole de Génération Ecologie alertent les Sénateurs réunionnais pour qu’ils  votent clairement contre. 

Les député-es ont donné leur feu vert le mardi 06 octobre 2020 pour la réintroduction des  néonicotinoïdes. En effet, l’Assemblée Nationale a adopté le " projet de loi relatif aux conditions  de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire pour  les betteraves sucrières ", lors d’un vote solennel par 313 voix POUR et 158 CONTRE.

Ce vote de l’Assemblée Nationale qui relaie les demandes des lobbies de l’agro-chimie est  une faute politique et un scandale sanitaire.

Effectivement, c’est une faute politique car c’est un très mauvais signal envoyé à la population qui  ne pourra que constater une fois de plus, que la parole des politiques n’est pas fiable. Rappelons  que l’actuelle ministre de la transition écologique avait promis en son temps, que l’on ne reviendrait  jamais sur l’interdiction de ces pesticides. C’est également un signal de faiblesse qui va encourager  les lobbies " empoisonneurs ", à intensifier leur pression.

C’est aussi un scandale sanitaire car la réintroduction de ces pesticides porte un coup terrible  à la population des abeilles déjà très fragilisée et des autres pollinisateurs mais aussi de toute la  biodiversité y compris l’humain. Il ne faut pas se laisser endormir par le caractère temporaire de  cette autorisation car la trace des néonicotinoïdes est visible jusqu’à vingt ans après son  introduction.

A ce titre, nous nous permettons d’alerter les Sénateurs réunionnais qui vont procéder au  vote le 27 octobre afin qu’ils puissent faire barrage à ce projet de loi.

Sylvie  Moutoucomorapoulé, Demain Se Décide Aujourd’hui

Vincent  Défaud, porte-parole de Génération Ecologie

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !