Tribune libre du député Jean-Hugues Ratenon :

"Les mesures prises à l'échelle nationale ne doivent à mon sens pas être appliquées à La Réunion"


Publié / Actualisé
A l'attention de Monsieur le ministre des Outre Mers, Monsieur Sébastien Lecornu. En ma qualité de député, je suis de plus en plus interpellé par les gens, les chefs d'entreprises, qui m'expriment une certaine inquiétude face à l'évolution du coronavirus, notamment dans l'Hexagone. Un virus tueur puisqu'il a déjà causé plus d'1 millions 150 milles décès dans le monde et pourrait atteindre même les 1,5 millions de morts d'ici la fin 2020, début 2021. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
A l'attention de Monsieur le ministre des Outre Mers, Monsieur Sébastien Lecornu. En ma qualité de député, je suis de plus en plus interpellé par les gens, les chefs d'entreprises, qui m'expriment une certaine inquiétude face à l'évolution du coronavirus, notamment dans l'Hexagone. Un virus tueur puisqu'il a déjà causé plus d'1 millions 150 milles décès dans le monde et pourrait atteindre même les 1,5 millions de morts d'ici la fin 2020, début 2021. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

En France les courbes s’affolent et aux dernières nouvelles, l’Agence santé publique France annonce un chiffre record de 52 000 contaminations supplémentaires en 24 heures tandis que, le professeur Delfraissy, en se basant sur le conseil scientifique, affirme que nous serons probablement autour des 100 000 cas par jours.  A un tel rythme de contamination journalier, l’Hexagone risque très rapidement d’être confrontée à une insuffisance du nombre de lit en réanimation.

Cela veut dire que les Outre-Mer doivent être doublement protégés car d’ici la mi-novembre la situation va être tendue, un manque de personnel médical, entrainera automatiquement un affaiblissement de la solidarité nationale vis-à-vis ultramarins. 

Le constat est donc, que malgré les mesures prises et notamment le couvre-feu qui concerne actuellement 46 millions de français, sur les 67 millions, le virus continue de s’accélérer. Face à cela, le Conseil Scientifique propose un reconfinement, proposition que semble envisager le gouvernement et Le président de la République prendra la parole ce mercredi 28 Octobre pour faire des annonces.

A La Réunion, nous craignons qu’une décision brutale soit prise par le chef de l’Etat, ce qui ne serait pas pour rassurer les gens puisque l’expérience de mars 2020 est encore dans nos mémoires.

Dans l’île, les chiffres montrent une situation plutôt stable et sous contrôle (le nombre de cas total étant de 5361 pour un nombre de guérisons de 4630).

Malgré cette stabilité apparente, la crainte d’une dégradation subite est belle est bien présente, si les bonnes décisions ne sont pas prises.

Toutefois, Monsieur le Ministre, devant la menace d’un reconfinement et d’une aggravation sanitaire, devant les conséquences sociales et économiques qu’auront ces annonces ;

Au vu d’une situation trop tendue et des tensions psychologiques déjà palpables au sein de la population, je souhaiterai qu’une discussion s’ouvre dès à présent avec les représentants de la Réunion car une catastrophe de plus doit être évitée.

Cette consultation doit se faire avant même que la représentation nationale soit saisie sur la question, une saisine qui devrait avoir lieu surement avant la fin de cette semaine.

Et dans l’attente de cette concertation, les mesures prises à l’échelle nationale ne doivent à mon sens pas être appliquées à La Réunion.

En vous remerciant par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à la situation de nos territoires ultra-marins, et dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire Monsieur Le ministre à l’assurance de ma haute considération.

Jean Hugues RATENON,
Député de la Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !