Tribune libre de Jean-Gaël Anda :

On veut nous enfumer avec le projet d'incinérateur à Pierrefonds ?


Publié / Actualisé
A La Réunion, on ne recycle que 30 % des déchets, c'est dire la marge de progression qui resterait à faire pour l'économie circulaire du recyclage, créatrice d'emplois, notamment dans l'économie solidaire. Le choix des modes de traitement des déchets est un choix de société impactant les générations futures. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
A La Réunion, on ne recycle que 30 % des déchets, c'est dire la marge de progression qui resterait à faire pour l'économie circulaire du recyclage, créatrice d'emplois, notamment dans l'économie solidaire. Le choix des modes de traitement des déchets est un choix de société impactant les générations futures. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le projet d’une unité de valorisation énergétique RUNEVA va sortir de terre, dans la ZAC Roland HOARAU à Pierrefonds, début 2021. Il est présenté aujourd’hui, comme la seule alternative possible de traitement des déchets.

Je me suis clairement positionné contre ce projet lors du Conseil municipal de Saint-Pierre et du Conseil communautaire de la CIVIS. C’est la pire des solutions, qui résulte de 20 ans d’inactions voulues et entretenues, menant aujourd’hui à la saturation du site d’enfouissement de Pierrefonds.

Une enquête publique minimale :

Le temps très restreint de l’enquête publique du 26 octobre au 27 novembre 2020, dans quelques lieux du sud, n’empêcherait pas un vrai débat public, afin d’exposer à la population, les enjeux de ce choix regrettable.

Mais il n’y aura, comme concertation, que l’enquête publique !

Cette future usine n’a rien d’écologique :

La Mission Régionale de l’autorité environnementale a fait de nombreuses recommandations sur ce projet et les réponses apportées sont imprécises et inquiétantes.

- L’étude des risques sanitaires doit être complétée d’une autre expertise, plus indépendante. A ce jour, les rejets atmosphériques des fumées sont susceptibles d’avoir un impact sur la santé et ce risque sanitaire ne peut donc être actuellement évalué.

- Les outils de mesure sur le contrôle et la communication de la qualité de l’air restent très flous. La qualité de l’air sera diffusée sur un site. Or, quand on connaît la fracture numérique de la population réunionnaise, ce mode d’information sera très sélectif, voire inaccessible pour beaucoup, qui vivront, sans le savoir, dans un air vicié…

- Il est mentionné que les produits agricoles de la zone devront faire l’objet d’une surveillance environnementale mais RUNeva indique qu’on ne peut pas le faire ni sur les bananes, ni sur les ananas ou sur les fruits cultivés dans le secteur. Bref, on ne saura pas si on mangera des produits de la zone, sains ou toxiques.

Un projet qui dégrade le cadre de vie :

- Les nuisances sonores générées par le bal quotidien des poids lourds venant déverser leurs déchets de toute l’île, vont être insupportables, d’autant qu’il est envisagé que cette unité puisse traiter les déchets de l’est et de l’ouest ou peut-être encore du nord. Belle aubaine : Saint-Pierre accueillerait à bras ouverts, tous les déchets de l’île dans son unité :  mutualisons, et brûlons !

- Les nuisances olfactives vont être inévitables, surtout en cas de panne et de stockage des déchets non traités. Les effluves des déchets vont dériver vers Pierrefonds ou  Bel Air, et quand on connaît les alyzées à Saint-Pierre, il faudra continuer à porter le masque longtemps pour filtrer ces mauvaise odeurs !

Et reste la question des déchets ultimes : les résidus d’épuration de fumée (REFIOM) : il est prévu de les évacuer sur le territoire métropolitain,  mais aucun process n’a été mis en place pour cela. Restera-t-il la solution de leur enfouissement ? Contre lequel ce projet prétend se positionner aujourd’hui … Le serpent se mord la queue !

Nous appelons les habitants du territoire de la CIVIS à se renseigner et à faire connaître leur avis : Zot tout, à vos stylos et à vos claviers pour faire connaître vos avis et formuler vos observations avant le 27 novembre dans les registres d’enquête dédiés, en mairies de Saint-Pierre, de Etang-Salé et de Saint-Louis, à la Mairie Annexe de Pierrefonds ou à l’adresse e-mail : enquetepublique-icpe-saintpierre@reunion.pref.gouv.fr

Alors exprimez-vous ! Mobilisez-vous sur cet enjeu crucial de santé publique !

Jean Gaël ANDA
Conseiller Régional,
Conseil communautaire à la CIVIS.
Conseiller municipal d’opposition à SAINT PIERRE

   

2 Commentaire(s)

Sam, Posté
Ben ? Vous n'avez pas oublié qu'il y a eu un débat public l'an dernier sur ce projet, sous couvert de la Commission Nationale du Débat Public ?
Geenec, Posté
Monsieur au sujet des fumées vous avez 50 ans de retard !