Tribune libre du député Philippe Naillet :

Nos idées sont enfin reprises


Publié / Actualisé
Alors que la situation sociale s'aggrave, les députés socialistes ont réaffirmé cette semaine leur engagement pour lutter contre l'exclusion et la grande pauvreté en France. Nous publions ici le communiqué du député Philippe Naillet. (photo d'illustration rb / www.ipreunion.com)
Alors que la situation sociale s'aggrave, les députés socialistes ont réaffirmé cette semaine leur engagement pour lutter contre l'exclusion et la grande pauvreté en France. Nous publions ici le communiqué du député Philippe Naillet. (photo d'illustration rb / www.ipreunion.com)

Nos idées sont enfin reprises. Lundi après-midi, nous avons unanimement voté en faveur de la proposition de loi amplifiant le dispositif d’expérimentation " territoire zéro chômeur de longue durée ". Ce dispositif lancé par les socialistes en 2016, à l’initiative du député Laurent Granguillaume et ATD-Quart Monde, a rencontré un franc succès. Il était dès lors important de l’étendre à d’autres territoires.

Nous avons aussi accueilli positivement la multiplication par deux des places du dispositif Garantie Jeunes. Il s’agit là aussi d’un dispositif d’inclusion mis en place sous le précédent quinquennat en faveur des jeunes les plus précaires. Rappelons que La Réunion faisait partie des 10 premiers territoires à expérimenter la garantie jeunes.

Enfin, je suis intervenu hier lors de la séance des questions d’actualité au gouvernement pour rappeler l’importance de la pauvreté en France et à La Réunion qui a augmenté depuis 2017. J’ai rappelé mon souhait de voir les zones dites quartiers prioritaires de la politique de la Ville (QPV) de notre île bénéficier au plus vite de la prise en charge des PEC à 80%. Cela devrait être effectif dès le 1er janvier 2021 selon le cabinet de la ministre du travail Élisabeth Borne, même si nous ne sommes toujours pas au niveau d’accompagnement de la précédente majorité. 20% des PEC seront réservés pour les Outre-mer.

Ces mesures d’inclusion sociale initiées sous le quinquennat précédent étaient plébiscitées tant par les bénéficiaires que par les acteurs de l’insertion. Il a malheureusement fallu une crise sociale pour que la majorité actuelle reconnaisse notre engagement en faveur des publics les plus vulnérables, revoit sa doctrine concernant les contrats aidés car même s’ils ne sont pas la panacée, ils sont des bouées lancées aux plus précaires, permettent le maintien ou le retour d’un lien social essentiel pour chaque personne.

   

2 Commentaire(s)

Leona, Posté
Il devrait avoir honte d'être socialiste et de s'exprimer ainsi alors que c'est l'inverse de ce qu'il fait et en plus il ne fait pas
Ste Suzanne, Posté
C est comme le maire de ste Suzanne qui a exploité la misère lui et son partie Sur un plateau de télé il se vantait d aider les plus démunis hors sa ville fait partie des plus pauvres QUEL HONTE Continuer à remplir votre sur la misere