Tribune libre de Georges Donald Potola :

Bonne année aux sans-abris


Publié / Actualisé
Je souhaite une bonne année à nos frères et soeurs de la rue ! Ceux qui dorment sous les ponts, dans les voitures, sur les plages, dans les ravines ou encore dans les ruines. À tous les oubliés de la société, un voeu, un seul que vous trouviez un toit et pour les femmes que vous ne soyez plus violées et agressées là où vous dormez.
Je souhaite une bonne année à nos frères et soeurs de la rue ! Ceux qui dorment sous les ponts, dans les voitures, sur les plages, dans les ravines ou encore dans les ruines. À tous les oubliés de la société, un voeu, un seul que vous trouviez un toit et pour les femmes que vous ne soyez plus violées et agressées là où vous dormez.

Hélas, le citoyen lambda que je suis, ne peux que faire des vœux et prier. Comme à chaque fois je vous le  redis, je ne suis pas candidat ni ex-candidat, ni futur candidat, chacun sa route, la mienne c’est ma conscience, parce que cette année c’est encore les élections, comme l’année précédente, vous aurez un peu plus de barquettes de riz, de l’alcool et de la musique pour vous faire danser et vous appâter.

Déjà, j’ai remarqué du côté de l’ancien hôpital Gabriel Martin à Saint-Paul que vous avez reçu la visite d’un dangereux squale terrestre, surnommé par les Réunionnais le BOUNTY, celui-là même qui veut supprimer ses concurrents de la réserve marine pour prendre leurs territoires.  Méfiez-vous, il peut jurer devant des milliers de personnes et ensuite de se renier pour passer à table et manger avec ceux-là mêmes qu’il a craché dessus et dénoncés, il l’a prouvé aux Réunionnais aux dernières élections.

Vous aurez d’ici là d’autres visiteurs, ces énergumènes viendront encore une fois, le temps des élections, vous utiliser pour se mettre en avant, en hurlant sur les ondes, qu’ils sont vos porte-paroles, qu’ils sont là pour vous aider. Ces hypocrites sont même capables de larmes de crocodile devant les journalistes pour émouvoir l’opinion publique, et vous brandir ensuite comme un trophée.

Chers frères et sœurs de la pauvreté, c’est cette réalité que je dénonce.  Voyez cette dame du sud qui débarque de je ne sais où, qui critique tout le monde, le 115, les associations, l’abbé pierre, une agressivité verbale envers ceux qui sont sur le front depuis des années.
Elle n’a aucune connaissance du terrain, une méconnaissance totale du contexte social et économique de notre département, une ignorance du profil et de la situation et de ceux qui vivent dans la rue, elle connaît encore moins le travail accompli chaque jour par ces associations et les moyens dont elles disposent.
Elle cherche le buzz, à attirer les médias, à se faire remarquer, se mettre en avant et négocier une place pour les régionales, être binôme pour les cantonales ou encore une subvention pour son association créée récemment, en utilisant la misère des exclus.

Alors que dans ce milieu compliqué on a besoin de toutes les bonnes volontés,  pour vous sortir de la pauvreté.

De plus comme à Saint Paul avec Mr T, à Saint-Joseph avec Mme H.F ou j’ai visité et vu le travail accompli pour héberger les sans-abris, pour les réinsérer. De même à Saint-Pierre, avec M.D qui m’a invité à manger avec les sans-abris, l’énergie qu’elle déploie, le sourire qu’elle vous envoie, là aussi, j’ai vu l’espoir dans les yeux de cet ancien cuisinier qui a quitté la rue grâce au travail de l’association.

C’est pour cela que je suis indigné de voir ces opportunistes qui débarquent, de métropole venir nous critiquer, nous donner des leçons, alors que chez eux dans l’hexagone, les gens meurent dans la rue sous leurs fenêtres.

Oui nos associations font avec peu de moyens du bon travail, nos élus les encouragent discrètement, mais sûrement,  des gens dans l’ombre travaillent, ils ont compris le message.   

Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. " Mt 6, 3-4.
Bonne année ne vous laissez pas tromper !

Georges Donald Potola

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !